Monde

Ces ruines à Rome dévoilées par la sécheresse

Des ruines dévoilées par la sécheresse à Rome

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le manque de précipitations à Rome fait remonter des ruines antiques à la surface du Tibre, alors que l’Italie est confrontée à la pire sécheresse qu’elle ait connue depuis septante ans.

À première vue, l’eau dévoile de simples rochers recouverts de mousse près du pont Vittorio Emanuele. En réalité, ce sont les vestiges d’une jetée romaine qui soutenait autrefois ce qu’on appelle le "pont de Néron", du nom du célèbre empereur romain. Les ruines sont apparues cet été, alors que le niveau d’eau du Tibre baisse régulièrement.

Le pont de Néron […] semble avoir été construit principalement pour que l’empereur puisse se rendre dans ses jardins

Selon l’historien Anthony Majanlahti, le pont a probablement été construit au premier siècle de notre ère pour que l’empereur Néron puisse accéder à ses jardins d’agrément de l’autre côté du fleuve.

Cette photo prise le 2 juillet 2022 à Rome montre un bateau fluvial touristique naviguant près du pont Vittorio Emanuele II, alors que le faible niveau d’eau du Tibre révèle un ancien pont construit sous l’empereur romain Néron (en bas à droite). Andreas
Cette photo prise le 2 juillet 2022 à Rome montre un bateau fluvial touristique naviguant près du pont Vittorio Emanuele II, alors que le faible niveau d’eau du Tibre révèle un ancien pont construit sous l’empereur romain Néron (en bas à droite). Andreas © AFP or licensors

"Le Pons Neronianus, ou le pont de Néron, a été construit probablement soit par l’empereur Néron, dont il porte le nom, soit par l’empereur Caligula, un de ses prédécesseurs (NDLR : Entre Néron et Caligula, il y a eu Claude Ier). Il semble avoir été construit principalement pour que l’empereur puisse se rendre dans ses jardins, dans les jardins d’agrément de la famille, sur le flanc de la colline du Janicule, en direction de l’actuelle Piazza San Pietro."

Pour l’instant, le trafic automobile romain habituel passe au-dessus et les touristes affluent vers les monuments bien connus de Rome, laissant ce morceau d’histoire ancienne aux mouettes.

Les ruines… et les algues… et les déchets

La sécheresse a également provoqué la prolifération des algues sur le Tibre, comme le constate Carmen Di Penta, directrice générale de l’association environnementale à but non lucratif Marevivo, au niveau de nombreux ponts du Tibre :

"Par exemple sous le Ponte Sixto, la situation de la sécheresse est plus ou moins la même (NDLR que près du pont Vittorio). Il n’y a quasiment plus d’écoulement d’eau. On observe donc ce qu’on appelle les "macrophytes", c’est-à-dire toutes ces petites plantes. Beaucoup d’algues ont créé une sorte de tapis très visible (NRLR sur la rivière)".

Les algues se développent dans le Tibre à Rome

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Les faibles niveaux d’eau révèlent également les déchets qui ont été déversés dans le fleuve. Le gouvernement italien a déclaré l’état d’urgence dans plusieurs régions en raison de la sécheresse prolongée et de la vague de chaleur qui l’accompagne. Les autorités chargées de la gestion du nord du Pô ont placé le plus long cours d’eau du pays au niveau d’alerte le plus élevé en matière de sécheresse.

Les conditions de sécheresse ont déjà causé des milliards d’euros de pertes aux agriculteurs qui dépendent du fleuve pour irriguer les champs et les rizières.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous