Vivre Ici

« C’est Sensé ! » : un nouveau label pour encourager les institutions culturelles à être plus accessibles aux personnes aveugles et malvoyantes

© Tous droits réservés

30 août 2022 à 14:11Temps de lecture2 min
Par Maxime Maillet

L’association les Amis des Aveugles a pour mission d’accompagner au quotidien les personnes déficientes visuelles. " Nous guidons ces personnes aveugles ou malvoyantes dans leur recherche d’autonomie, nous les initions à certains outils comme la canne blanche, nous les aidons dans la recherche d’un emploi ou dans des démarches administratives, nous formons aussi des chiens guides ", détaille Antoine Blaszcyk chargé de communication pour cette association située à Mons.

Nouveauté pour la rentrée ! L’association a lancé cette semaine un label pour mettre en lumière les bonnes pratiques des institutions touristiques et culturelles : C’est Sensé. " Comme une preuve officielle, ce label a été créé pour valoriser les efforts mis en place par ces institutions publiques ou privées en faveur de l’accessibilité pour les personnes aveugles et malvoyantes. " Ce label rassure donc les personnes concernées : elles peuvent clairement identifier les lieux touristiques et culturels adaptés à leurs besoins spécifiques.

Concrètement, "C’est Sensé " présente trois niveaux d’accessibilité. Le premier niveau porte sur les adaptations matérielles et les outils spécifiques : un musée pourrait par exemple proposer des panneaux didactiques tactiles. Le deuxième niveau se centre sur la formation du personnel : l’institution peut inclure par exemple des visites avec des techniques de guidage adaptées. Enfin, avec le dernier niveau, " totalement sensé ", la structure est considérée comme globalement accessible et inclusive pour toutes les personnes aveugles et malvoyantes.

L’association met aussi l’accent sur la multisensorialité.Elle joue un rôle essentiel dans la vie quotidienne des personnes déficientes visuelles. Notre objectif est donc que les lieux culturels et touristiques ne misent plus seulement sur le visuel, mais qu’ils développent des contenus auditifs, tactiles, multisensoriels. D’où le nom C’est Sensé ", complète Antoine Blaszcyk.

 

Le label, une étape finale d’un processus d’adaptation

© Tous droits réservés

Pour obtenir ce label, les institutions font simplement la demande auprès de l’association. " Nos professionnels se rendent alors sur place avec une personne déficiente visuelle. Ils évaluent le niveau d’accessibilité en fonction de critères établis. Ils peuvent délivrer ou non l’un des trois niveaux du label. "

Aucune institution culturelle ou touristique ne dispose encore du label, puisqu’il vient à peine d’être lancé en cette fin de mois d’août. En revanche, l’association collabore déjà avec plusieurs institutions comme le Musée de la Photographie de Charleroi ou le Musée royal de Mariemont. " Notre équipe spécialisée peut accompagner toutes les structures pour améliorer la qualité de leur accueil. Nous pouvons établir un diagnostic, donner des conseils et évaluer tout ce qui a déjà été fait. Le label n’est donc que l’étape finale d’un processus", conclut Antoine Blaszcyk.

Pour le moment, l’association se concentre sur les domaines de la culture et du tourisme, mais par la suite elle compte bien étendre son label à d’autres secteurs comme les hôpitaux ou les administrations. D’ici quelques mois, les personnes aveugles ou malvoyantes pourront retrouver la liste des premières institutions sur le site internet du label.

Inscrivez-vous à la newsletter Vivre Ici!

Chaque semaine, recevez toutes les infos locales, utiles et pratiques et les bons plans de votre région.

Articles recommandés pour vous