RTBFPasser au contenu
Rechercher
Icône représentant un article audio.

Dans l'air du temps

"C’est une maison bleue…", San Francisco de Maxime Le Forestier, l’essence d’une amitié profonde

Dans l'Air du temps

San Francisco de Maxime Le Forestier

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Dans sa chronique Dans l’air du temps, Réal Siellez nous raconte les origines d’un tube aux allures immobilières, San Francisco de Maxime Le Forestier.

Au début des années 70, Maxime Le Forestier sort de son service militaire et d’une France corsetée, et débarque à San Francisco avec sa sœur, Catherine Le Forestier. Cette dernière qui a remporté, en 1971, le grand prix chanson française à spa, accompagnée à la guitare par Maxime sur ce "Au pays de ton corps". Le chèque reçu pour ce prix correspond avec le prix d’un aller-retour pour San Francisco.

La sœur et le frère débarquent dans la cité que Maxime définit comme étant "la ville de la liberté des jeunes". Il fait la connaissance d’une communauté de Hippies avec laquelle il vit un moment dans cette fameuse maison bleue…

Maxime Le Forestier y restera un mois, et tissera des liens forts avec cette communauté. Une fois rentré en France, Maxime Le Forestier reçoit une lettre et des dessins envoyés par ses "colocataires" de la maison bleue. Et comme le Français ne parle pas très bien anglais, Le Forestier décide de leur remercier en chanson : il leur envoie une cassette audio contenant une chanson, une ode à la maison bleue et aux moments précieux passés avec eux.

Ce tube, San Francisco, ce tube n’était qu’un merci qui n’était pas forcément destiné au grand public… Et pourtant… Cette chanson connaîtra un succès retentissant en France.

"San Francisco" de et par Maxime Le Forestier en 1972 sur l’album "Mon frère", c’était dans l’air du temps, ça l’est toujours.

Sur le même sujet

Du rire aux larmes, Thierry le Luron, une carrière brisée…

Le temps d'une histoire

Georgius ou la théorie du "C’était pareil avant"

Dans l'air du temps

Articles recommandés pour vous