Regions Hainaut

Chaleur et sécheresse : pourquoi les vaches produisent-elles moins de lait ?

© RTBF

Des températures dépassant allègrement les trente degrés sous abri, à peine quelques litres d’eau sur nos sols en plus de deux mois ; la chaleur et la sécheresse ont un impact direct sur les exploitations laitières. Marina Braquelaire élève une centaine de vaches laitières à Oeudeghien, dans l’entité de Frasnes-lez-Anvaing. Le climat a de sérieuses conséquences sur la santé de ses vaches et sur la production laitière. Marina estime que ses "Holstein" et ses "Brunes suisses" donnent un quart de lait en moins.

La sécheresse a pour première conséquence que les prairies sont rousses : plus un brin à brouter ! Pour se nourrir, les bêtes mangent donc du fourrage, dans l’étable, et il a fallu entamer les réserves d’hiver. Et puis, la chaleur rend les bovins quelque peu paresseux. Les vaches n’ont pas très envie de sortir, elles "tournent" au ralenti : "elles subissent un stress thermique. Leur activité est revue à la baisse", constate Marina. "Elles dorment beaucoup et mangent moins et donc elles maigrissent. On peut voir que les bêtes ne se sentent pas bien", regrette notre éleveuse.

Les vaches n’ont par ailleurs pas très envie d’aller se faire cuire au soleil. Elles ont tendance à rester à l’étable. Leur mode de vie, beaucoup plus statique, augmente aussi les risques de voir les bactéries s’installer, puisque les animaux sont plus souvent couchés et donc en contact avec le sol et avec leurs excréments.

Comment résoudre ce problème ?

RTBF

Marina a réorganisé son étable pour la ventiler au maximum et permettre aux bêtes d’être de disposer de plus de place. Mais si les épisodes de sécheresse devaient se reproduire, il faudrait repenser l’élevage en "installant des brumisateurs" par exemple, ou en augmentant encore la ventilation.

La chaleur fait donc souffrir les vaches qui produisent moins de lait. Le prix du lait a déjà augmenté de manière significative. La baisse de production a fait grimper le prix à 56 euros les cent litres (au lieu de 34 l’année dernière).

Sur le même thème : Extrait JT (25/08/2022)

Sur le même sujet

La Nouvelle-Zélande envisage de taxer les pets et les rots de vache, une première mondiale

Pollution

Le changement climatique a rendu la sécheresse estivale "au moins 20 fois plus probable"

Environnement

Articles recommandés pour vous