RTBFPasser au contenu
Rechercher
Icône représentant un article video.

C'est pas fini

Chaleur, faut-il envisager une limitation de visiteurs dans certains parcs ? : le billet d'humeur de Marianne Virlée

Chaleur, faut-il envisager une limitation de la capacité d’accueil dans certains parcs ? : le billet d'humeur de Marianne Virlée

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

22 juin 2022 à 16:00Temps de lecture5 min
Par Marianne Virlée

Le Lac de Bambois a fait le plein, samedi. Ils étaient 1 600 à venir chercher la fraîcheur de l’eau. Un record pour le site à ce moment de l’année.

Le mercure affiche 33 °C, samedi en début d’après-midi, rue du Grand étang, à Bambois, encombrée de voitures. L’entrée du site du lac l’est tout autant: une file d’estivants avant l’heure, longue de 30-40 mètres, s’étire, dans l’attente de leur tour pour profiter d’une baignade des plus appropriées en cette journée caniculaire précoce. Le record d’affluence est déjà perceptible… Décryptage dans la séquence "Marianne Virlée râle près de chez vous" dans C’est pas fini sur VivaCité.

Faut-il envisager pour autant une limitation de la capacité d’accueil, comme Alysson Mahaux le soulevait? La directrice temporise. "On ne s’attendait pas à une telle affluence, d’autant qu’on est encore en période d’examens, que ce n’est pas encore les congés. C’est une première. On va débriefer, et on verra." Ecoutez Marianne Virlée au micro de C’est pas fini.

Une météo favorable aurait pu attirer du monde si on avait pu ouvrir...

"Il est 15 heures, et les 1 600 entrées sont en point de mire" , observe Michel Deboutte, surveillant au lac. Pas un record absolu, selon cet ancien des lieux: on a atteint les 1 750 entrées le 21 juillet dernier et on a dépassé les 2 000 à l’été 2003. "Jamais on n’a enregistré autant d’entrées si tôt dans la saison." , indique cependant Marie-Julie Baeken, directrice du site. Qui précise cependant que les périodes autorisées de baignade n’ont cessé de s’élargir: "Depuis cette année, le début est fixé au 15 mai. 

Alysson Mahaux, de Sambreville, est confortablement installée à l’ombre d’un arbre majestueux. C’est une habituée du site. "J’y viens 4, 5 fois par an, en famille, pendant les grandes vacances. J’apprécie la plaine de jeux qui est à l’ombre, le sable comme à la mer, la baignade quand il fait chaud et le parcours dans le parc quand le temps s’y prête moins. L’ambiance est toujours bonne, il n’y a pas de trouble-fête."

Profitant largement du soleil, Alain Horgnies, de Farciennes, y vient pour la première fois. "On connaissait l’endroit depuis des années, notamment parce que ma compagne, Roseline Dulens, originaire de Maison-Saint-Gérard, s’y rendait étant petite. On a vu une pub à la télé, et on a décidé de venir. "

Pressentant l’affluence, la famille a débarqué dès l’ouverture. Bonne initiative: difficile, l’après-midi, de trouver quelques mètres carrés libres… Trop de monde? "C’est normal, c’est la conséquence de la chaleur." Alain n’est pas déçu, au contraire: "C’est chaleureux, familial, très bien tenu, on nous dit bonjour à l’entrée. On apprécie le cadre, le sable pour les petits, l’eau se réchauffe plus vite qu’à l’Eau d’Heure où on va d’habitude. C’est sûr, on reviendra."

Satisfaction perceptible, donc. Peut-être moins pour ceux qui s’y sont pris tardivement… "À 15 h, j’ai fait fermer jusqu’à 16 h , explique la directrice. Les gens en ont été informés via Facebook et les réservations en ligne n’ont plus été possibles." Si, en général, en période d’affluence, on peut répartir les visiteurs entre les plages et les jardins, cela ne s’est pas produit en cette journée torride: "Tous venaient pour la baignade. Il a fallu fermer. La plage n’est pas extensible, c’est aussi une question de sécurité."

Sur le même sujet

Les Barakis… une valeur sure ? : la petite humeur du jour de Patrick Weber

C'est pas fini

Attention au frelon asiatique : le billet d'humeur de Marianne Virlée

C'est pas fini

Articles recommandés pour vous