Guerre en Ukraine

Chantage, vengeance ou appel à l’aide ? Le trouble jeu d’Elon Musk à propos de Starlink en Ukraine : "Des coûts insoutenables, le Pentagone n’a qu’à payer"

© Getty images

15 oct. 2022 à 09:52 - mise à jour 16 oct. 2022 à 06:32Temps de lecture4 min
Par Sandro Faes Parisi

D'après Elon Musk, sa compagnie SpaceX n’aurait plus les moyens de continuer à financer le réseau internet Starlink en Ukraine. Musk aurait d’ailleurs contacté le gouvernement américain et le Pentagone afin qu’ils prennent le relais, a révélé le journaliste de CNN Alex Marquardt. Une situation particulière qui suscite la polémique tant ce changement de cap pose question à plusieurs niveaux. Y compris en Russie où certains y verraient bien la main de Poutine. Le maître du Kremlin aurait-il réussi "à retourner" le milliardaire ?

Depuis le début de la guerre en Ukraine, SpaceX y a en effet livré des milliers de terminaux qui permettent d’assurer une connexion à internet grâce à une constellation de satellites formant le réseau Starlink. Quelque 25.000 terminaux ont ainsi été déployés dans le pays à date, selon Elon Musk. Une opération qui aurait déjà coûté 80 millions de dollars à la société et la facture devrait atteindre 100 millions d’ici la fin de l’année.

Vendredi, le tycoon a donc prévenu que l’entreprise spatiale "ne pouvait pas continuer à financer indéfiniment le système existant et envoyer des milliers de terminaux supplémentaires […]. Ce n’est pas raisonnable."

Une annonce qui tombe très mal en pleine contre-offensive ukrainienne et qui a un arrière-goût de vengeance auprès des autorités de Kiev après la joute verbale entre Musk et l’ambassadeur ukrainien en Allemagne, et le fameux "va te faire foutre" de ce dernier. D’autant qu’Elon Musk a reconnu lui-même "suivre les conseils du diplomate".

Loading...

La lettre au Pentagone

D’autant que nos confrères de CNN ont, dans la foulée, révélé l’information selon laquelle SpaceX avait envoyé une lettre au Pentagone pour lui indiquer qu’il ne pouvait plus assumer les coûts du service en Ukraine. Toujours selon nos confrères, la société demandait au ministère américain de la Défense de prendre le relais du financement de l’utilisation de Starlink par le gouvernement ukrainien et son armée, dont le coût était estimé à 400 millions de dollars pour les 12 mois à venir.

L’antenne d’un terminal satellite Starlink donné par la compagnie SpaceX d’Elon Musk, le 25 septembre 2022 à Izioum, dans la région de Kharkiv, en Ukraine.
L’antenne d’un terminal satellite Starlink donné par la compagnie SpaceX d’Elon Musk, le 25 septembre 2022 à Izioum, dans la région de Kharkiv, en Ukraine. © Yasuyoshi CHIBA

Tellement essentiel pour les Ukrainiens

Si l’annonce, et ses coulisses, créent tellement de remous c’est que le réseau Starlink a contribué à maintenir une couverture internet dans les régions d’Ukraine frappées par l’armée de Poutine. En juin, environ 15% des infrastructures internet existantes en Ukraine avaient été détruites ou endommagées, selon les autorités.

"Starlink est le seul système de communication qui continue à fonctionner sur le front, tous les autres sont morts", a tweeté vendredi soir Elon Musk. "La Russie essaie activement de tuer Starlink. Pour sa protection, SpaceX a redirigé des ressources massives vers la défense", a-t-il ajouté.

Le milliardaire a averti que malgré ces ressources affectées à la défense de Starlink, le système "pourrait bien disparaître".

Dans une lettre adressée en juillet à Elon Musk, le commandant en chef des forces armées ukrainiennes, le général Zaluzhniy, avait salué "l'utilité exceptionnelle" des unités Starlink. Toujours selon lui, environ 500 terminaux par mois étaient détruits dans les combats. Raison pour laquelle il demandait, dans cette même lettre, 6200 terminaux supplémentaires pour les services militaires et de renseignement ukrainiens et ensuite 500 par mois par la suite afin de compenser les pertes. À l'époque SpaceX avait répondu en demandant au général de transmettre sa demande au ministère de la Défense.

Selon le quotidien britannique Financial Times, les forces ukrainiennes ont subi des coupures du service Starlink sur le front quelques jours avant l’annonce de Musk, ce qui aurait freiné leur contre-offensive, avant que la situation ne s’améliore.

"À notre connaissance, SpaceX n’a pas interrompu son service aux agences du gouvernement civil d’Ukraine et aux opérateurs des infrastructures cruciales", a indiqué vendredi soir un porte-parole de l’Agence américaine pour le développement international (USAID). Les opérateurs ukrainiens de télécommunications ont, par ailleurs, été ciblés par de nombreuses cyberattaques.

Loading...

Une décision qui passe mal

Elon Musk assure qu’à l’exception d’un "faible pourcentage", l’ensemble des coûts du déploiement et du maintien des terminaux Starlink en Ukraine ont été pris en charge par SpaceX. Le porte-parole de l’USAID a précisé vendredi que l’agence avait acheté en avril plus de 1500 terminaux à SpaceX pour les livrer en Ukraine, puis 86 nouveaux terminaux en juillet pour les autorités de la région de Lviv.

En outre, les Ukrainiens rappellent avoir eux-mêmes auto-financé bon nombre de terminaux. Via les réseaux sociaux notamment où les appels afin d’offrir des terminaux aux troupes avaient rencontré un vif succès.

La menace de SpaceX d'arrêter de financer Starlink intervient dans un contexte d'inquiétude croissante en Ukraine concernant l'allégeance réelle de Musk, notamment après sa proposition de plan de paix controversé qui obligerait l'Ukraine à abandonner la Crimée et le contrôle des régions orientales de Louhansk et de Donetsk. 

Une proposition qui avait amené le président ukrainien Volodymyr Zelensky a soulever la question de savoir avec qui Musk se rangeait réellement. Ce à quoi le milliardaire avait répondu "qu'il soutenait toujours beaucoup l'Ukraine" mais craignait "une escalade massive" de la violence.

Et c'est sans compter les voix selon lesquelles Musk a fait valoir en privé en septembre que selon lui l'Ukraine ne voulait pas de négociations de paix pour le moment et que si elle acceptait son plan, "la Russie accepterait ces conditions".

Toujours selon CNN, une personne proche d'Elon Musk leur aurait confié que "L'Ukraine sait que son gouvernement actuel et ses efforts en temps de guerre dépendent totalement de Starlink (...) la décision de faire fonctionner Starlink ou non repose entièrement entre les mains d'un seul homme. C'est Elon Musk. Il n'a pas été élu, personne n'a décidé de lui donner ce pouvoir. Il l'a grâce à la technologie et à l'entreprise qu'il a bâtie lui-même."

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous