Belgique

Chantier du RER : le bourgmestre de La Hulpe dénonce "une gestion chaotique du dossier"

L'invité dans l'actu

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La mise en service du RER était initialement annoncée pour 2008, il s’agissait de faire passer de deux à quatre voies toute une série de lignes pour permettre des connexions rapides et fréquentes entre Bruxelles et sa périphérie. Interrogé sur La Première, Christophe Dister (MR), bourgmestre de La Hulpe, confirme que ce chantier a beaucoup de retard et qu''il a "peu d’informations sur le timing restant pour la finalisation du dossier. On a dépassé ce qu’on peut appeler le délai raisonnable. Je suis bourgmestre depuis 2006 et on m’annonce depuis des années la fin des travaux, donc je remarque que c’est une gestion chaotique du dossier. On parle souvent du manque de moyens, mais si les délais avaient été respectés, si on s’était concentré uniquement sur la mise à quatre voies et pas sur les somptueux travaux à gauche et à droite, on aurait sans doute fini depuis longtemps. On a fait des gares somptueuses — parlons de Liège, de Mons et autres — et on a construit pour les communes des choses qui n’étaient pas du tout liées au RER : des grands parkings, des voiries, etc. Et on a utilisé les budgets pour ça. On voit que la Flandre a été beaucoup plus vite que nous, mais ils se sont concentrés sur les quatre voies et c’est tout. Dans ma commune, on a un parking où on est passé de plus ou moins 200 places à 385 places et il est rempli au tiers tous les jours. Donc, je pense qu’il y a eu des problèmes dans la conception du projet".

"Si vous prenez 25 ou 30 ans à la place de huit ans, bien évidemment qu’il y a des problèmes de budget parce que tout augmente, et donc vous avez forcément besoin de plus d’argent. Et si vous rajoutez à cela la construction d’ouvrages qui n’étaient pas indispensables, on arrive à une situation comme celle dans laquelle on est aujourd’hui", poursuit-il.

Une chercheuse des facultés de Saint-Louis s’est penchée sur cette question, selon elle, le RER a du mal à se concrétiser car il est né sur des tensions, des rivalités qui ne sont toujours pas évacuées, notamment entre les différentes Régions du pays. "Je suis tout à fait d’accord avec ce raisonnement, parce que déjà la position du RER n’est à mon avis pas la bonne. En ce qui concerne notre ligne, on aurait dû se positionner le long de l’autoroute. Ça aurait coûté beaucoup moins cher, on avait des espaces importants pour construire des grands parkings sans devoir faire des ouvrages en béton qui défigurent finalement les centres de nos villages, et on aurait très facilement pu mettre à côté des pistes cyclables ou ce genre de choses, qui aurait permis d’avoir un cheminement naturel vers le chemin de fer", poursuit Christophe Dister. Selon lui, dès le départ, le projet de RER "aurait dû être long de la E411 et pas le long des voies existantes. Cela aurait coûté beaucoup moins cher parce qu’il y aurait eu moins d’ouvrage à réaliser que ce qu’on a dû faire maintenant".

Néanmoins le RER constituera une solution pour désengorger les routes vers Bruxelles. "Ce qui m’a un peu choqué il y a quelques années, c’est lorsqu’on nous a dit qu’avec les travaux tels qu’ils étaient réalisés aujourd’hui, sans finaliser complètement la mise à quatre voies, on pourrait déjà avoir quatre trains à l’heure, ce qui est l’objectif du RER. Le but du RER est d’augmenter la cadence des trains pour que les navetteurs puissent facilement accéder et revenir vers nos villes et villages. C’est un peu choquant parce qu’on se demande finalement à quoi tout ça sert si on pouvait le faire avec l’infrastructure existante. C’était donc un peu choquant et on en revient à la conception de base. Peut-être avons-nous vu trop grand à l’époque pour atteindre l’objectif".

Christophe Dister espère une fin prochaine des travaux : "On voit à quel point c’est nécessaire en termes de mobilité et au niveau de notre lutte pour le climat. Mon souhait est donc qu’on puisse le faire le plus rapidement possible. Mais je n’ose plus donner de date".

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous