Regions Hainaut

Charleroi : la Ville a nommé une référente "Genres"

© Tous droits réservés

30 nov. 2022 à 21:43Temps de lecture2 min
Par Nicolas Rondelez

Elle s’appelle Jennifer Hiernaux. Elle a 31 ans. Elle est assistante sociale. Une formation qu’elle a complétée avec un master en sciences du travail et tout récemment une certification de l’ULB en "sexualité et genre". Elle est désormais la référente genre de la Ville de Charleroi.

À son titre, dans notre titre, nous avons volontairement ajouté un pluriel, absent lors de la présentation de la nouvelle référente. "Genres". Parce que les genres sont pluriels. Mais soit. La mission de Jennifer Hiernaux sera de veiller à l’équilibre dans les projets de la Ville de Charleroi.

Car aux niveaux des effectifs, Charleroi n’a pas à rougir. La Ville compte 3250 agents. 72% sont des femmes. Et si l’on considère seulement les postes à responsabilité, 52% sont occupés par des hommes. 48%, donc, par des femmes. Le travail de Jennifer Hiernaux se situera ailleurs.

Présente dans tous les services au départ de chaque projet

Jennifer Hiernaux ne dépendra pas d’Alicia Monard, l’échevine en charge de l’égalité des chances. Elle sera un agent du Directeur Général, Lahssen Mazouz : "l’idée est d’avoir une vue transversale sur l’ensemble des matières. Il nous fait un aiguillon pour l’ensemble des services de la ville. Que ce ne soit pas un petit service perdu quelque part. C’est un service fondamental. En janvier, un collège communal sera dédié spécifiquement aux questions de genre. Et le respect de la diversité pourrait devenir un aspect contraignant dans la concrétisation de certains projets ou des marchés publics".

Une collaboration avec la police locale

Présent lors de la présentation officielle de Jennifer Hiernaux, David Quinaux est le porte-parole de la Police locale de Charleroi. Mais il est également le policier référent en matière de délits en matière de discrimination : "la discrimination directe ou indirecte sur base du genre peut être considérée par les tribunaux correctionnels ou du travail comme une infraction. J’ai déjà travaillé avec Jennifer et je me réjouis que Charleroi se dote d’une référente genre. Cela renforcera les liens entre la Ville et sa police". David Quinaux souligne toutefois que depuis 2014, date de son entrée en fonction, alors qu’ils doublaient chaque année, les chiffres de dossiers relatifs aux infractions pour discrimination ont culminé à environ 250 en une année avant de légèrement décroître. Ces chiffres sont à présent stables.

Une fonction à inventer

Sa fonction comme référente "genres" n’est pas une fonction à plein temps. Mais Jennifer Hiernaux tâche d’en inscrire de plus en plus les contours : "avant de me nommer dans cette fonction, la ville a pris une décision relative à l’utilisation de l’écriture inclusive dans sa communication interne, ce dont je me réjouis. Mon rôle, surtout, ce sera de voir si, dès les prémices d’un projet, il n’y a pas déjà un manquement par rapport aux questions d’égalités. Et si c’est le cas, corriger pour que la discrimination soit effacée de ces projets. Il faut que chacun et chacune trouve sa place dans les projets. Et cela ne concerne pas que les hommes et les femmes".

Car si pour l’instant, l’activité de Jennifer Hiernaux vise l’égalité femmes-hommes, l’objectif est de prendre en considération toutes la diversité des genres, LGBTQIA +. 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous