Chez Bibi à Gesves, un tiers-lieu pour impacter le monde positivement

Chez Bibi, c’est le pari un peu fou que s’est lancée la pétillante Colienne Lemaître… Celui de transformer le dernier café de la Vallée du Samson en un nouvel espace dédié à la rencontre. Un tiers-lieu de tous les possibles qui a pour but de créer du lien,  d’expérimenter de nouvelles façons de s’amuser, de consommer, de créer, etc. Et pourquoi pas de changer le monde, à son échelle.

Colienne Lemaître est une femme rayonnante pleine de rêves et d’espoirs. Diplômée en Communication à l’Université Catholique de Louvain avant de parfaire sa formation via une agrégation en Sciences Sociales, elle s’investit d'abord corps et âme dans le milieu associatif.  "Déjà très jeune, je ressentais le besoin de m’impliquer dans un métier porteur de sens. À la sortie des études, beaucoup d’amies cherchaient plutôt une bonne fonction, avec un bon salaire. Moi, j’étais moins sensible à ces aspects-là. Je voulais avoir un certain engagement social, notamment sur les questions d’éducation."

Donner vie, un déclic

En 2012, Colienne et Gwen attendent un heureux évènement, ou plutôt deux... puisqu’elle est enceinte de jumeaux. "Cela a rapidement éveillé de nombreux questionnements sur l’impact environnemental de notre consommation et sur notre système économique." Avec des jumeaux à la maison, le couple allait devoir tout acheter en double. "Je trouvais ça insensé, d’autant plus que ce qu’on achète pour des enfants est rapidement obsolète." Colienne s’informe alors sur l’économie circulaire, le réemploi mais aussi sur sa propre alimentation. "Comme je portais des jumeaux, la grossesse était considérée comme à risque. Je faisais donc très attention à ce que je mangeais. Je privilégiais des produits frais issus de l’agriculture paysanne." Le couple réalise assez vite à quel point il est urgent de changer de paradigme pour aller vers un système plus respectueux de la nature et du vivant.

Parallèlement à ces changements d’habitudes, la petite famille s’installe, à l’époque, dans un village où ils ne connaissent pas grand monde et se sentent rapidement isolés. "Ce n’est pas toujours évident, en particulier sur les territoires ruraux, de faire de nouvelles connaissances."

C’est à ce moment-là qu’émerge, dans son cœur et son esprit, l’idée de créer un lieu atypique où l’on pourrait tisser des liens solides et des relations positives entre citoyens dans un esprit éco-responsable. "Cette idée m’est restée en tête pendant de longues années. J’ai continué ma vie. On a eu un troisième enfant. Mais la graine a germé, petit à petit."

Sophie Libion - So Creative production

Un heureux hasard

En 2018, bien décidée à concrétiser ce rêve, la famille déménage dans le Condroz namurois. "On s’est installé à Faulx-les-Tombes. On est tombé en amour de ce village et de cette région." Et comme le hasard fait bien les choses, six mois plus tard, le café du village était à remettre. "On a racheté le bâtiment et signé l’acte le 17 mars 2020, premier jour de confinement…" Colienne, bien entourée, se lance alors dans de gros travaux de rénovation qui dureront plus longtemps que prévu… Tout comme cette fichue pandémie. Chez Bibi ouvre finalement ses portes le 16 juin 2021, il y a pile un an.

Sophie Libion - So Creative production

C’est quoi au juste Chez Bibi ?

Le mot le plus adéquat pour qualifier cet espace est : tiers-lieu. Un néologisme qui n’est pas forcément intégré par tout le monde. "Ça vient de l’anglais "third place", qui veut dire "troisième endroit", complémentaire à la maison et au lieu de travail." Un tiers-lieu, c’est vraiment un endroit favorisant le lien social, l’innovation, la créativité. "Je le définis comme un endroit aux multiples potentiels. Chez Bibi, on peut boire, manger, s’amuser, s’entraider, apprendre, etc. Tout le monde y trouve sa place."

Pour faire vivre ce lieu et la communauté qui l’entoure, Chez Bibi propose d’une part un service de petite restauration simple et locale. "On essaye de travailler un maximum avec les producteurs locaux, les produits de saison et tendre vers le zéro déchet. Quand c’est possible car, même si ça peut me frustrer, ce n’est pas toujours le cas." D’autre part, Chez Bibi propose une multitude d’activités. Par exemple, apprendre à fabriquer ses cosmétiques, faire de la méditation, découvrir le zéro déchet, rencontrer des producteurs locaux, sans oublier les soirées karaoké, etc. ! "Le but, c’est que les personnes venues de l’extérieur s’approprient elles aussi le lieu et proposent à leur tour différentes activités." Vous l’aurez compris, c’est un lieu de tous les possibles où chacun peut apporter sa pierre à l’édifice et contribuer à la transition.

Créer un tissu social plus résistant et résilient

Dans un monde où l’éco-anxiété prend de plus en plus d’ampleur, où l’on prend conscience que l’on détruit, chaque jour un peu plus, notre planète et que l’on s’épuise au travail, on peut légitimement se sentir pétrifié face à cette situation qui nous dépasse. "Chez Bibi agit telle une ruche collaborative, un espace qui cherche à contribuer au développement d’un tissu social et local plus résistant et résilient."

Ce projet de tiers-lieu est pour Colienne une forme de parcours initiatique qui lui permet de mieux se connaître et de mieux comprendre le monde qui l’entoure. Qui lui permet aussi de se mettre en action et de jouer un rôle, à son échelle, dans cette transition socio-écologique. "Ce projet correspond vraiment à ce qui est important pour moi. J'ai la conviction que chaque être humain possède en lui quelque chose d'extraordinaire à partager avec le monde. Je souhaite que cet espace permette de mutualiser les potentiels qui résident en chacun de nous pour mieux vivre, ensemble !"

Loading...

Ensemble pour la planète, des contenus pour comprendre et agir à retrouver sur RTBF. be et RTBF AUVIO !

Articles recommandés pour vous