RTBFPasser au contenu
Rechercher

La Grande Forme

Chez nous, 1 personne sur 15 est susceptible de développer une appendicite

Appendicite et péritonite: comment les soigner ?
26 févr. 2022 à 15:00Temps de lecture3 min
Par Daphné Fanon

L’appendicite est une inflammation de l’appendice. Elle peut évoluer vers une péritonite si la prise en charge tarde et provoque de vives douleurs dans l’abdomen. Comment la soigner et que faire si on pense avoir des symptômes ? Les explications du Dr Nicolas Tinton, chirurgien digestif au Grand hôpital de Charleroi.

L’appendicite est une inflammation de l’appendice, un petit diverticule embryonnaire qui se situe au niveau du cæcum et qui est la partie débutant du gros intestin. Tout le monde en a un, dès la naissance. 

"Les causes exactes de l’appendicite ne sont pas véritablement connues… Mais la plupart du temps, l’inflammation est due à une obstruction de l’entrée de cet appendice, par de la matière fécale, une accumulation de mucus ou même par des parasites comme les vers, ou les ongles. Il peut également y avoir une inflammation entraînant un épaississement des parois de l’appendice et qui rétrécit la lumière (l’entrée de l’appendice)", précise le Dr Nicolas Tinton, chirurgien digestif au Grand hôpital de Charleroi.

On estime qu’une personne sur 15 peut développer une appendicite au cours de sa vie. Elle est plus fréquente chez les jeunes, âgés de 10 à 30 ans, avec des pics entre 10–15 ans et 20-35 ans. L’appendicite est très rare en dessous de l'âge de 5 ans et exceptionnelle chez les personnes âgées, ajoute notre expert.

Symptômes 

Les symptômes ne sont pas toujours faciles à identifier. Il peut s’agir d’une douleur qui commence autour de lombilic et qui migre vers le pli inguinal droit. Il s’agit de douleurs vives, constantes et exacerbées lors de mouvements et de palpations. Elles sont souvent associées à une température modérée de 37,5 à 38,5 degrés et accompagnées de nausées ou vomissements. Dans 70% des cas, les symptômes sont plus discrets et peuvent s’accompagner de diarrhée et de constipation.

L’appendicite et la péritonite : comment les soigner ?

La Grande Forme

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

L’appendicite est difficile à diagnostiquer. En cas de douleurs et de température, le médecin procèdera à des examens complémentaires et à une prise de sang. Le taux de globules blancs doit être analysé. S’il est augmenté et s’il y a un syndrome inflammatoire, il se peut que le patient ait une appendicite. Mais attention, ce n’est pas parce qu’il y a plus de globules blancs que d’habitude qu’il s’agira d’office d’une appendicite. Il y a par ailleurs d’autres moyens pour le vérifier : l’échographie et le scanner abdominal, qui permettront d’orienter le diagnostic. Pour soigner l’appendicite, 99 fois sur 100, on va réaliser une "laparoscopie" ou une "célioscopie" : on gonfle la cavité abdominale à l’aide d’un gaz et on y introduit une caméra. De cette manière, on peut réaliser l’appendicectomie, qui est l’ablation de l’appendice.

Complication possible : la péritonite

Une péritonite est l’inflammation du péritoine, la membrane qui recouvre l’ensemble de la cavité abdominale et des viscères. La péritonite peut avoir plusieurs origines : perforation du colon, perforation de l’estomac ou d’un autre organe. Une appendicite non traitée dans les 24-48 heures, peut aboutir au développement d’une péritonite. Soit dans la région de la fosse iliaque droite, soit généralisée à l’ensemble de la cavité abdominale (plus rarement). Dans ce cas, si on laisse évoluer on peut aller vers la septicémie et des chocs septiques, explique notre spécialiste.

"Tous les patients qu’on opère d’une appendicite débutante ou modérée passent une nuit à l’hôpital, on leur met une couverture antibiotique 24 heures ou 48 heures et il faut prévoir une convalescence durant une semaine. Il n’y a pas de régime particulier. Un enfant peut reprendre ses activités normales dans les 15 jours qui suivent l’opération. L’appendice participe à la création des défenses immunitaires en ce qui concerne la flore intestinale, mais son rôle n’est pas essentiel. On peut vivre tout à fait normalement sans appendice" conclut le Dr Tinton.

Retrouvez "La Grande Forme" en direct du lundi au vendredi de 13h à 14h30 sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio ainsi que sur différentes plateformes de Podcast telles que : Pocket Casts, Podcast addict, Google Podcast ou encore Apple Podcast.

Loading...

Sur le même sujet

Conflit russo-ukrainien : comment parler de la guerre aux enfants ?

La Grande Forme

"J’ai mal au dos" : faut-il absolument faire une radio ?

La Grande Forme

Articles recommandés pour vous