RTBFPasser au contenu
Rechercher

La Grande Forme

Cholestérol : comment éviter un taux trop élevé dans le sang ?

Cholesterol blood test, conceptual image
24 févr. 2022 à 18:00Temps de lecture3 min
Par Sophie Businaro

Les maladies cardiovasculaires sont l’une des causes principales de mortalité en Belgique. Le cholestérol est l’un des facteurs de risque modifiables sur lesquels nous pouvons agir afin d’améliorer notre santé cardiovasculaire. Dans sa nouvelle campagne, la Ligue Cardiologique Belge déconstruit les idées reçues sur le cholestérol. Le point avec le Dr Olivier Descamps, médecin interniste à l'hôpital de Jolimont à La Louvière.

La Ligue Cardiologique Belge lance une nouvelle campagne pour déconstruire les idées reçus au sujet du cholestérol. Dans son communiqué, la Ligue indique que "le cholestérol est un ennemi sournois ; se sentir bien n’implique pas forcément que son taux de cholestérol est sain". Et qu'il peut engendrer de nombreuses maladies cardiovasculaires ; l'une des causes principales de mortalité en Belgique.

Le Dr Descamps, médecin interniste à l'hôpital de Jolimont à La Louvière est intervenu sur notre antenne à ce sujet : "Notre corps fabrique beaucoup de cholestérol en excès qu'il faut éliminer. Le cholestérol présent dans le sang vient en partie de ce que les cellules fabriquent en trop et qui est ensuite déversé dans le sang. Ce dernier doit, à son tour, le véhiculer jusqu'au foie pour l'éliminer. Et une partie vient également de l'alimentation (à peine 0,3gr). C'est une sorte de déchet qui sert également d'emballage si l'on veut pour transporter les autres graisses si elles sont important. Mais dans le sang, ce n'est pas un élément indispensable."

Deux types de cholestérol

  • Le HDL cholestérol (Lipoprotéine de Haute Densité) : il empêche la formation d’athérome en évacuant le cholestérol vers le foie, ne pénètre pas la paroi, n'est pas bon ni mauvais mais est plutôt neutre.
  • Le LDL cholestérol (Lipoprotéine de Basse Densité) : "Chez les hommes, le LDL est particulièrement élevé. Des facteurs génétiques jouent également un rôle mais dans la population belge, on se retrouve avec des LDL de 130, ce qui est beaucoup trop élevé. Idéalement, il faudrait qu'il soit sous 70 pour supprimer les maladies cardiovasculaires mais c'est euphorique. L'idéal et le plus raisonnable est qu'il soit sous 115. Surtout pour les personnes qui présentent des facteurs de risque qui accélèrent la pénétration du LDL dans les parois, son oxydation et l'inflammation", ajoute le Dr Descamps.
Atheromatous plaque in artery, illustration
Atheromatous plaque in artery, illustration © Tous droits réservés

L'hypercholestérolémie familiale

On estime qu’un Belge sur 300 souffre d’hypercholestérolémie familiale. À savoir que la moitié du niveau de cholestérol chez un individu est défini et lié à ses gènes. L'autre moitié est plutôt liée à son mode de vie (notamment à son alimentation). 

"Au sein de la population, certaines personnes ont des taux de cholestérol extrêmement élevés naturellement. Sans le savoir, ils ont hérité de leurs parents des mutations génétiques qui augmentent le taux de cholestérol sanguin. Leur taux de cholestérol est en général le double de ceux habituellement mesurés chez les personnes de leur âge. Résultat, ils développent des maladies cardiovasculaires deux fois plus vite, et peuvent souffrir d’infarctus dès l'âge de 35 ans"

Le dépistage précoce de cette maladie est important 

"Le dépistage précoce de cette maladie est important car il y a des traitements très efficaces pour éviter la survenue de complications dramatiques chez les jeunes, qui permettent de diminuer leur risque cardiovasculaire et d’augmenter leur qualité et leur durée de vie", souligne la Ligue Cardiologique Belge.

Campagne « Idées reçues sur le cholestérol » de la Ligue Cardiologique Belge

La Grande Forme

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

L'importance de la prévention

Le Dr Descamps conclut son intervention par des conseils préventifs pour éviter un taux de cholestérol trop élevé dans le sang :

  • Évaluer le risque : savoir si la personne est à risque ou pas et déterminer le taux nécessaire à atteindre en fonction du risque. À savoir que plus le risque est élevé, plus il faut un taux de cholestérol bas 
  • Opter pour une alimentation équilibrée : le mieux ce sont les graisses polyinsaturées : poissons, huiles végétales, viandes maigres, etc. Et d'éviter les graisses saturées, qui sont principalement d’origine animale (viande, produits laitiers entiers, fromages) 
  • Faire du sport (30 minutes par jour) : la sédentarité participe à la formation de plaques d’athérome dans les artères
  • Ne pas fumer : le tabac participe, lui aussi, à la formation de plaques dans les artères

Plus d'information sur le site de la Ligue cardiologique belge.

Retrouvez "La Grande Forme" en direct du lundi au vendredi de 13h à 14h30 sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio ainsi que sur différentes plateformes de Podcast telles que : Pocket Casts, Podcast addict, Google Podcast ou encore Apple Podcast.

Loading...

Sur le même sujet

"J’ai mal au dos" : faut-il absolument faire une radio ?

La Grande Forme

La cuisine japonaise : pourquoi est-elle bonne pour la santé ?

La Grande Forme

Articles recommandés pour vous