RTBFPasser au contenu
Rechercher

Entrez sans frapper

Chopin a t-il inspiré la musique Disco ?

Chopin In Concert
07 avr. 2022 à 06:09Temps de lecture3 min
Par Christian Rousseau

Valentine Jongen, YouTubeuse mais aussi musicologue, vous dévoile l’histoire pas si classique de chansons cultes. Parce qu’on l’ignore souvent mais, derrière certains grands tubes du XXe et du XXIe siècle, se cache une partition de musique classique.  Et ici, une question cruciale se pose. Y a t-il des points communs entre Chopin et Chamfort.

 

Comment est-on passé d’un magnifique Prélude de Chopin à une, tout aussi magnifique, chanson d’Alain Chamfort ? Pour le comprendre, il faudra remonter au 19ème siècle puis faire un petit tour par les États-Unis dans les années 1970.

C’est Chopin. Et plus particulièrement le 20ème de ses 24 Préludes pour piano. Et avant de poursuivre dans l’analyse de cette œuvre, quelques mots sur Chopin.  On connaît tous ce compositeur emblématique pour ses œuvres dédiées au piano mais : Qui était-il vraiment ?

Frédéric Chopin  nait en 1810 en actuelle Pologne, à quelques kilomètres à l’Ouest de Varsovie. À 20 ans, il passe par la ville de Vienne et, à 21 ans, il découvre Paris, ville dont il tombera amoureux. Et ville où il tombera amoureux : eh oui, à Paris, Chopin s’éprend de l’écrivaine George Sand avec qui il vivra une dizaine d’années. Mais Paris, c’est aussi la ville où Chopin s’éteindra en 1849, à l’âge de 39 ans.

Vers 1838 (soit vers ses 28 ans), Chopin compose 24 Préludes pour piano. Des préludes courts (allant chacun de 30 secondes et 5 minutes) qui sont imaginés comme un cycle. Aujourd’hui, je vous propose de nous intéresser à un de ces préludes : le Prélude n°20 en Do mineur.

Loading...

Ca, c’est le Prélude n°20 opus 28 en Do mineur de Chopin. Et maintenant, écoutez ceci :

Loading...

C’est effectivement très ressemblant. On entend une différence d’interprétation, de tempo aussi. Mais ce qu’on entend là, ce n’est pas Chopin, enfin, pas tout à fait.

Faisons un petit saut de le temps : On passe de Chopin qui compose ses 24 Préludes en 1838 à l’année 1973. 135 ans séparent donc ces deux interprétations. Et pour cause, début des années 1970, le chanteur et compositeur américain Barry Manilow joue ce Prélude de Chopin sur son piano et a l’idée de s’en inspirer pour sa chanson " Could it be Magic ".

Alors, petite parenthèse sur Barry Manilow pour ceux qui, comme moi, connaissent mal ses tubes " Mandy ", " Copacabana " ou encore " Can’t smile without you ". Figurez-vous que Barry Minalow (de son vrai nom Barry Alan Pincus) vit toujours (il a bientôt 80 ans) et qu’il est d’origine juive polonaise : Chopin, compositeur polonais, rappelons-le.

 

Aux États-Unis c’est une véritable star !

Et pourtant, ce n’est pas lui qui a popularisé la chanson " Could it be Magic " mais c’est elle :

Loading...

On reconnaît, avec une touche disco, la partition de Chopin. Nous sommes en 1976, La Reine du Disco, Donna Summer, reprend " Could it be Magic " de Manilow dans cette version disco et … sensuelle.

Autre style, autre reprise :

 

Loading...

Là, clairement, on reconnaît moins Chopin. C’est une version de 1992 par le groupe anglais Take That (le boys band de Robbie Williams) qui propose cette fois-ci " Could it be Magic " très ninetees.

Enfin, la 4ème et dernière adaptation de ce Prélude n°20 en Do mineur de Frédéric Chopin, c’est évidemment celle d’Alain Chamfort.

En décembre 1975 (soit quelques mois après la sortie de " Could it be Magic " de Manilow, un an avant Donna Summer et 17 ans avant Take That), Alain Chamfort réécrivait des paroles en français sur la mélodie de Barry Manilow.

Loading...

Et ces paroles de Chamfort sont bouleversantes. Si Manilow chante des paroles (écrites par Adrienne Anderson d’ailleurs) qui parle d’amour qui pourrait " être magique ", Chamfort réoriente le sujet vers " le temps qui court ".

Et le mieux, c’est peut-être d’écouter tout simplement (non pas la version des Enfoirés en 2006) mais bien l’originale en intégralité : " Le temps qui court " d’Alain Chamfort.

Feuilleton "L'histoire pas si classique des chansons cultes" de Valentine Jongen

Épisode 8 : Le temps qui court peut être magique ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Quand Bach inspire les Beatles et Led Zeppelin

Entrez sans frapper

AUREL a invité Veence Hanao sur son nouveau titre "Vingtvingt"

Culture & Musique

Articles recommandés pour vous