RTBFPasser au contenu
Rechercher

C'est vous qui le dites

Christian, à propos des voitures de société électriques en 2026 : "OK quand l’autonomie sera de 700 ou 800 km"

Marie-Christine Marghem, ancienne ministre de l’Énergie, craint une électricité plus chère et plus polluante à l’avenir avec la réforme des véhicules de société qui devront être électriques en 2026. Dans la Dh ce matin, elle exprime son agacement face à cette décision qui ne tient pas compte selon elle de l’impact de la pollution générée par la production d’électricité nécessaire pour alimenter tous les véhicules avec l’arrêt des centrales nucléaires.

Les voitures de société électriques en 2026, c’est un pari fou ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

3alexd – Getty Images

"Je ne m’imagine pas m’arrêter pour recharger ma voiture tous les 200 ou 300 km"

Christian, un auditeur originaire de Crisnée, dans la province de Liège, est intervenu à ce sujet sur notre antenne : "C’est aberrant, je ne comprends pas comment on laisse faire ce genre de chose. Je fais environ 50.000 km par an et ça m’embête déjà de faire le plein tous les 700-800 km, alors je ne m’imagine pas m’arrêter pour recharger ma voiture tous les 200 ou 300 km."

Faut-il encore qu’il y ait suffisamment de bornes, j’ai beaucoup de doutes là-dessus

"Le jour où on pourra recharger sa voiture électrique après 700 ou 800 km, comme ma voiture actuelle, alors ça ne me dérange pas de rouler en électrique. Mais pour l’instant, c’est non, nous ne sommes pas encore au point."

SERGII IAREMENKO/SCIENCE PHOTO L – Getty Images/Science Photo Libra

"La transition n’a pas été calculée"

À Charleroi, Jean-Marc est du même avis : "C’est un pari fou pour deux raisons. Premièrement, j’ai fait le calcul, si on commence à installer des bornes de recharge dès aujourd’hui pour arriver à 80.000 bornes en 2026, il faudrait en installer au moins 50 bornes par jour. L’objectif est irréalisable. Deuxièmement, je dois changer ma voiture de société en 2024. Si je prends un véhicule électrique, il n’y aura toujours pas assez de bornes et en 2026, le véhicule ne sera plus déductible pendant les 3 ans que je vais devoir l’amortir. Je pense que la transition n’a pas été calculée."

Cavan Images – Getty Images/Cavan Images RF

"Nous n’aurons pas tous la possibilité de recharger la voiture à la maison"

Pour terminer, Christian de Linkebeek partage le même avis : "Marie-Christine Marghem a raison. Que va-t-il se passer quand les gens arriveront au bureau et ne pourront pas charger leur voiture car toutes les bornes seront prises ? Si certaines entreprises possèdent 40 voitures de société électriques, il n’y aura jamais 40 bornes dans le parking. De plus, nous n’aurons pas tous la possibilité de recharger la voiture à la maison. Le trajet vers le travail va être stressant, on ne saura jamais si on va arriver au travail ou si on va tomber en panne. Ce n’est pas uniquement avec l’éolien et les panneaux solaires qu’on y arrivera, et si on veut supprimer les centrales nucléaires, il faut repousser cette date."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l’émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Sur le même sujet

La Belgique est-elle prête pour la voiture électrique ? La Flandre largement en tête pour les bornes de rechargement

Belgique

Honoré, à propos des chiffres du Covid au vert : "on verra dans 4 mois"

C'est vous qui le dites

Articles recommandés pour vous