Regions

Christian Van Eyken bénéficie de la suspension du prononcé dans l’affaire du "faux diplôme"

31 mars 2022 à 13:26Temps de lecture1 min
Par Belga

La cour d’appel de Bruxelles a accordé, jeudi, la suspension du prononcé à Christian Van Eyken, dans une affaire de faux diplôme. Le document falsifié avait permis en 2011 à l’épouse de l’ancien député au Parlement flamand d’obtenir un traitement salarial plus élevé que celui auquel elle pouvait prétendre.

La cour a confirmé la décision du premier juge à l’encontre de l’ancien homme politique Christian Van Eyken. En 2017, le tribunal correctionnel de Bruxelles l’avait déclaré coupable, tout comme son épouse Sylvia Boigelot, d’avoir produit un faux diplôme pour cette dernière. Le couple avait bénéficié d’une suspension du prononcé de la condamnation. Sylvia Boigelot avait avoué les faits, affirmant avoir agi seule, après avoir, dans un premier temps, accusé son mari Marc Dellea d’être l’auteur du faux. Christian Van Eyken, de son côté, avait contesté sa culpabilité et fait appel du jugement.

L’affaire remonte à 2016, alors que la police enquêtait sur Christian Van Eyken et son attachée parlementaire avec qui il entretenait une relation amoureuse, Sylvia Boigelot, devenue son épouse en 2018, dans le cadre du meurtre du mari de cette dernière, Marc Dellea. Les enquêteurs avaient découvert, sur l’ordinateur du député, un fichier créé en décembre 2011, s’apparentant à faux diplôme d’éducatrice spécialisée au nom de Sylvia Boigelot.

Selon l’enquête, le diplôme avait bien été falsifié et avait permis à sa détentrice d’obtenir une rémunération, pour son emploi d’attachée parlementaire, correspondant à un diplômé de niveau B, alors qu’elle aurait dû en percevoir une correspondant à un niveau C.

Sur le même sujet :

JT du 03/09/2019

Christian Van Eyken et Sylvia B. condamnés à 27 ans

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous