C'est vous qui le dites

Christine, à propos de la discussion sur la vaccination à la pharmacie : "On m’a regardé de travers, prêts à reculer d’un mètre"

© Getty Images

Un administrateur de l’Absym s’en prend au système qui demande aux pharmaciens de sensibiliser les patients à la vaccination contre le Covid. David Simon est médecin généraliste et un des administrateurs de l’Association Belge des Syndicats Médicaux. Dans le journal Le Soir, il explique être dérangé par le fait que le pharmacien doive encoder en détail la réaction du patient lors de la conversation. Farmaflux, qui gère ces données, ne voit pas ce qui pose problème à partir du moment où les données sont anonymisées. Dans les faits, lorsqu’un pharmacien encode le nom d’un patient, une fenêtre s’ouvre sur son écran, il y voit si le patient a reçu une convocation pour se faire vacciner, s’il y a répondu ou non, s’il a été vacciné ou non.

Ça vous dérange d’avoir la discussion à propos de la vaccination à la pharmacie ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

© Getty Images

"Je n’ai pas envie qu’on parle de moi dans le village"

Christine, une auditrice originaire de Liège, est intervenue à ce sujet sur notre antenne : "Oui, ça me dérange. Quand je vais chercher mon traitement habituel à la pharmacie, il y a d’autres clients à l’intérieur et c’est une petite pharmacie de village. J’ai été interloquée lorsqu’on m’a demandé si j’étais vaccinée devant tout le monde. Personnellement, je ne veux pas me faire vacciner, la pharmacienne a malgré tout tenté de me convaincre. Pour moi, ce n’est pas son rôle, si je voulais parler de vaccination, je m’adresserais à mon médecin."

Ce n’est pas le rôle du pharmacien

"En plus, je n’ai pas envie que les personnes qui étaient présentes dans la pharmacie parlent de moi dans le village. Quand j’ai répondu que je ne voulais pas être vaccinée, elles m’ont regardé de travers, prêtes à reculer d’un mètre."

© Getty Images

"Ma pharmacienne a toujours su me conseiller correctement"

À Tubize, Francine ne voit pas de problème à cela : "J’ai des effets secondaires avec énormément de médicaments, donc je n’oserais pas me faire vacciner. Ma pharmacienne me connaît et a toujours su me conseiller correctement sur ce que je peux prendre ou non, selon la composition du médicament. Elle en sait même plus que mon médecin. Cette pharmacienne est maintenant pensionnée, mais ça ne me dérangera pas d’en parler avec un autre pharmacien, si on me pose la question, j’expliquerai mon choix."

© Getty Images

"La vaccination n’est pas obligatoire"

Le débat se termine avec Daniel à Dour : Mes opinions ne concernent que moi et la vaccination n’est pas obligatoire. De plus, ce n’est pas le travail d’un pharmacien de faire des rapports sur ses clients. Son travail, c’est de vendre des médicaments et de conseiller les gens, il n’est pas médecin et la vaccination, pour moi, fait partie du secret médical. Ce genre d’information ne devrait même pas apparaître sur l’écran du pharmacien. Si la vaccination était obligatoire, je pourrais le comprendre et peut-être l’accepter. "

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l’émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Sur le même sujet

Covid-19 : l’apparition de nouveaux variants est-elle provoquée par le vaccin ?

La Grande Forme

Des passages à niveaux pour les trams ? Selon Mossim, il faut "verbaliser ceux qui font n’importe quoi"

C'est vous qui le dites

Articles recommandés pour vous