Info

Chute des Bourses chinoises, le pétrole recule

© Getty

15 mars 2022 à 08:50Temps de lecture2 min
Par Belga

Minées par une forte baisse des actions du secteur technologique, la Bourse de Hong Kong a plongé mardi après-midi de plus de 6% et celle de Shanghai a clôturé en baisse de 4,95%, au lendemain du confinement de la métropole de Shenzhen, pôle technologique de la Chine.

Les marchés s'inquiètent également d'éventuelles sanctions à l'encontre de la Chine si Pékin répond à la demande d'aide militaire et économique de Moscou afin de mener la guerre en Ukraine. 

À Hong Kong, l'indice Hang Seng a perdu dans l'après-midi 6,20%, soit 1.211,13 points, pour tomber à 18.320,53. 

En Chine continentale, la Bourse de Shanghai a cédé 4,95%, soit 159,57 points, à 3.063,97, et celle de Shenzhen, deuxième Bourse du pays, a reculé de 4,56%, soit 96,06 points, à 2.013,37.

De son côté, le cours du baril de pétrole de référence aux États-Unis, le WTI, s'est replié mardi de plus de 5%, passant sous la barre des 100 dollars, une semaine après avoir atteint son plus haut niveau depuis 2008 après l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Le baril de Brent de la mer du Nord a plongé de 6% à 100,54 dollars.

La Chine étant le plus grand importateur de pétrole brut au monde, le confinement de nombreuses villes, voire de régions entières, pour faire face à une flambée des cas de Covid-19 représente un manque à gagner en matière de demande d'or noir. 

Dans le même temps, une lueur d'optimisme apparaît concernant les pourparlers de paix entre la Russie et l'Ukraine.

Changement de ton

Les Bourses chinoises avaient d'abord enregistré une légère reprise mardi en fin de matinée, dopées par l'annonce d'un rebond inattendu des ventes de détail en Chine en janvier et février et par un regain d'intérêt des investisseurs pour les actions à la baisse. 

La veille, la Bourse de Hong Kong avait chuté de près de 5%, passant sous la barre des 20.000 points pour la première fois depuis mi-2016. L'indice des valeurs technologiques avait de son côté cédé environ 11% au lendemain de l'annonce du confinement des 17 millions d'habitants de Shenzhen.

Les investisseurs s'inquiètent également d'une sévère reprise en main par le gouvernement chinois des entreprises technologiques florissantes.

En outre, la semaine dernière, le régulateur américain des marchés (SEC) avait mis en demeure cinq entreprises chinoises de se mettre en conformité avec de nouvelles obligations comptables, faute de quoi elles pourraient être radiées de Wall Street d'ici à 2024.

 

Loading...

Articles recommandés pour vous