RTBFPasser au contenu
Rechercher
Icône représentant un article video.

Belgique

Cibler les analyses ADN et toxicologiques en cas de viol permet de faire aboutir plus de plaintes

31 mars 2022 à 20:46Temps de lecture3 min
Par Anthony Roberfroid d'après le reportage d'Elisabeth Groutars

Selon les derniers chiffres du ministère de la justice, 8000 déclarations d’attentat à la pudeur ou de viol ont lieu chaque année dans notre pays.

Sur ces 8000 plaintes, la plupart sont classées sans suite, faute de preuve. Seulement 900 débouchent sur une condamnation.

Pour rendre plus efficiente la prise en charge de ces plaintes, le parquet d’Anvers et l’Institut national de criminologie ont mis en place une expérience pilote.

Le projet "CODE 37" définit quelles analyses ADN ou toxicologiques doivent automatiquement être réalisées en fonction des circonstances des faits, en examinant si le suspect est connu, inconnu ou s’il affirme que la victime était consentante.
 

Sur le même sujet

#Investigation : Carl de Moncharline soupçonné de viol sous soumission chimique, "un tissu de mensonges", affirme-t-il

Investigation

« Le stress post-traumatique engendré par un viol est détectable par IRM », affirme la députée fédérale Sophie Rohonyi

Belgique

Articles recommandés pour vous