Vivre ici - Gens d'ici

Cindy Lefebvre, en route pour son premier championnat du monde de triathlon 70.3 : "Un rêve pour moi"

Alors qu’elle n’a que 26 ans et qu’elle ne s’est mise à la discipline qu’il y a un peu plus de dans ans, Cindy Lefebrve va disputer le championnat du monde de triathlon 70.3 la semaine prochaine en Utah.

© Tous droits réservés

Alors qu’elle n’a que 26 ans et qu’elle ne s’est mise à la discipline qu’il y a un peu plus de deux ans, Cindy Lefebvre va disputer le championnat du monde de triathlon 70.3 la semaine prochaine en Utah. La jeune athlète y va pour prendre de l’expérience, mais aussi pour se situer par rapport à la concurrence belge et internationale.

Prof d’éducation physique, Cindy Lefebvre a toujours baigné dans le sport. Tout d’abord en natation jusqu’à l’âge de 15 ans, avant de suivre des études pour devenir prof. Et puis, après quelques années dans le football, la jeune brabançonne s’est lancée à 24 ans dans le triathlon. Et bien lui en a pris, les résultats ont rapidement suivi.

"J’ai commencé à courir et nager par moi-même puis j’ai fait des petits triathlons et ça me plaisait. En septembre 2021, j’ai contacté un coach et j’ai fait mon premier triathlon 70.3 (ndlr : un demi Ironam, soit 1,9 kilomètre de natation, 90 kilomètres de vélo et de 21,1 kilomètres de course à pied) à Westfriesland aux Pays-Bas. Dans ma catégorie, je fais un podium avec la 3e place et je me qualifie pour les championnats du monde qui ont lieu la semaine prochaine en Utah", commence par nous expliquer Cindy.

Un 70.3 mais aussi l’Ironman

Mordue par la discipline, Cindy ne s’arrête pas et en vient même à se tester sur la plus longue distance, l’Ironman.

"Une saison sans course, je ne peux pas. Et même avec une seule course, je n’ai pas assez. Mes résultats m’ont motivé et je me suis inscrit à mon full Ironman à Copenhague en août où je finis 3e pour la première fois sur cette distance. C’est devenu une passion car cette saison-ci je me suis entraîné et quand je vois que ça paye avec des podiums, d’autant plus que je n’en suis qu’au début. Ça donne encore envie de plus s’entraîner et de continuer."

Une discipline qui coûte cher

Si Cindy réalise l’un de ses rêves en allant au championnat du monde, le jeune prof a cependant dû annuler sa participation à une autre compétition réputée, l’Ironman d’Hawaï. La faute à une discipline qui coûte cher et à un manque de moyens. D’autant plus que la discipline demande beaucoup d’investissement en termes d’entraînement.

"Je m’entraîne 20-25 heures par semaine. Avec mon travail de prof à temps plein, je fais aussi des extras à côté car le triathlon coûte cher. J’ai eu la chance au début d’habiter encore chez mes parents au moment où j’ai investi dans mon vélo. Et puis, quand on veut faire un 70.3 on en est vite à 400 euros l’inscription. Un full, c’est 800 euros. Il faut ajouter à ça le logement, l’avion et le vélo dans l’avion. Je sais qu’il existe des contrats d’athlètes de haut niveau, c’est un rêve. Car passer à mi-temps en ce moment, c’est impossible."

"Continuer de se tester pour savoir quelles sont mes limites"

Avec les résultats qui suivent, Cindy va pouvoir évaluer son niveau face aux meilleures lors des championnats du monde,

"Cette année au championnat du monde, il y a beaucoup de dénivelés. Je vais faire ce que je peux pour me rapprocher de mon record (4h51) et être proche des 5 heures ou en dessous. On verra la forme du jour. Et puis par rapport à la concurrence, je vais plus regarder en fonction des Belges pour voir où je me situe."

Et d’ajouter : "Après, comme je suis qualifié, c’est un rêve, d’autant plus que j’ai obtenu ma qualification sur ma première course. Il y aura un gros niveau et je ne suis qu’à mes débuts. J’ai de la pression car dans toutes mes compétitions j’ai performé, mais là il y aura tous les meilleurs et je ne sais pas ce dont je suis capable. Ce sera un indice sur ce que je vaux et je vais continuer à m’entraîner pour performer encore et encore", conclut Cindy.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous