Cliché olympique : Thiam au-dessus de la concurrence, l'heureux présage du 100 m haies

Nafissatou Thiam bondit de joie et décolle au-dessus de ses adversaires têtes basses, ce cliché pris après le 100m haies annonce déjà l'issue de l'heptathlon.

© DIRK WAEM - BELGA

28 juil. 2020 à 05:58Temps de lecture3 min
Par Martin Weynants

Les Jeux Olympiques de Tokyo auraient dû se tenir du 24 juillet au 9 août. Nous avons décidé de profiter de cette période pour revisiter la mémoire des photographes de presse, ces témoins de l’instant, ces capteurs d’émotions. Dirk Waem (Belga) ouvre le livre de ses souvenirs olympiques à la page Rio 2016. Le 12 août précisément. Le premier jour de l’heptathlon. Le jour où Nafissatou Thiam a commencé son règne.

Comme le souligne l’adage, un dessin vaut souvent mieux qu’un long discours. Un cliché a exactement le même pouvoir. Celui pris par Dirk Waem à l’issue du 100 m haies a carrément un effet prophétique. Nafi, pas encore 22 ans, vient de battre son record personnel en 13.56. Elle exulte. Elle saute droite comme un "i" et s’élève au-dessus de ses concurrentes, têtes basses. Elle ne le sait pas encore mais elle vient de faire un premier pas vers le sacre olympique. Et dire que quelques minutes plus tôt, elle était figée par le stress après un faux départ.


>> Lire aussi : Un feu d’artifice spectaculaire pour récompenser 10 heures d’attente
>> Lire aussi : Un film oublié pour la finale du 100 m et une leçon pour la vie
>> Lire aussi : Un sprint dans les coursives pour des filles en or
>> Lire aussi : Dans les yeux de Tia, l’art du placement



"La pression était énorme pour le deuxième départ", se rappelle Dirk Waem. "Après coup, on peut dire que ce moment était déjà symbolique. Elle était déjà au-dessus de toutes les autres. Elle sentait qu’elle était très forte et la concurrence avait compris qu’elle était en forme".

 

Thiam en train de franchir une haies, la photo que Dirk avait prévu de prendre

"Heureusement, je m’étais tourné"

"Initialement, je ne comptais pas avoir une photo de joie. C’était la première épreuve, donc j’avais choisi une photo d’action. Je m’étais placé sur le bord de la piste à hauteur d’une des dernières haies. Je voulais la prendre en plein cadre quand elle franchissait l’obstacle (voir ci-contre). Après la course, elle se retourne, prend la direction de la zone mixte et elle fait ce saut quand elle découvre son chrono", raconte le photographe de l’agence Belga. "Heureusement, je m’étais tourné pour la suivre après la ligne. C’est grâce à ça que j’ai pu faire cette photo. Il faut toujours être concentré et prêt à déclencher avant ou après un événement."

Nafi Thiam sur la piste d'Uberlandia, quelques jours avant son titre olympique

Ces Jeux ont permis à Dirk de tisser un lien particulier avec Nafi. Quelques jours plutôt, il s’était rendu à Uberlandia, le centre d’entraînement des athlètes belges. "J’avais fait une photo d’elle. Elle courrait sur la piste avec la ville derrière elle. Le soir, Nafi m’a envoyé un message dans lequel elle me demandait très gentiment, si elle pouvait l’utiliser sur son Instagram. J’ai dit oui et c’est un peu là que tout à a commencé. Je lui ai envoyé d’autres photos après le premier jour de son heptathlon. Elle m’a remercié, ce que tous les athlètes ne font pas. Cela montre aussi qu’elle était très calme pendant cette compétition".

Depuis Rio, Dirk Waem continue de collaborer régulièrement avec Nafi et ses managers. Ils ont fait un shooting photo avec Flair ou différents sponsors.

Un peu timide face à l’objectif dans une séance "cadrée" ("ça va mieux mais ce n’est pas un mannequin professionnel"), Thiam prend toute la lumière sur la piste. Jasper Jacobs, un collègue de Dirk Waem chez Belga, a remporté plusieurs prix pour des photos de Nafi. La championne du monde de Londres a tout du modèle idéal. "C’est une des meilleures athlètes en Belgique. Et le résultat est toujours très important. Elle est très athlétique et ses cheveux donnent souvent bien sur les clichés. Et elle est très expressive. En résumé, elle est très photogénique", décrit le photographe.

Dirk Waem "écume" les événements sportifs depuis une quinzaine d’années. Il compte deux JO d’été et un d’hiver à son "palmarès". Il ne se limite pas à l’athlétisme, il a également couvert plusieurs Tours de France, deux Coupes du Monde et un Euro de foot. Il a donc photographié "un peu de tout". Il apprécie la variété et la complexité technique du cyclisme et l’esthétisme de l’athlétisme et de la gymnastique.

Qui sait Dirk aura peut-être l’occasion d’immortaliser un autre titre olympique en 2021 avec Nafi Thiam ou Nina Derwael.

Articles recommandés pour vous