Cyclisme

Coach Evenepoel fait son onze dans le peloton : "Pogacar doit être un bon buteur"

Evenepoel dans les tribunes de son ancien club Anderlecht.

© Tous droits réservés

Remco Evenepoel se la joue entraîneur de football. Alors, à peine nommé à la tête des Diables Rouges, est-ce que Domenico Tedesco a du souci à se faire ? Pas vraiment, à l’occasion d’une entrevue avec nos confrères de l’Équipe, le champion cycliste s’est simplement initié à la confection d’un onze. Seule contrainte : piocher ses joueurs parmi le peloton. Et le moins que l’on puisse dire c’est que l’équipe de l’ancien Anderlechtois aurait des allures très belges.

Le choix du dernier rempart sonne un peu comme une évidence. À l’image d’un Courtois indétrônable chez les Diables, Van Avermaet prendrait place entre les perches. Le champion olympique de Rio a jadis occupé ce poste du côté de Beveren. En défense, Evenepoel opterait pour Mathieu van der Poel qui a joué dans son enfance réussissant au passage un test du côté de Willem II aux Pays-Bas. Pour accompagner le récent champion du monde de cyclo-cross, le néo-coach choisirait Yves Lampaert. "Il a fait du judo donc il serait bon" sourit Evenepoel. Enfin, en s’inspirant quelque peu de Vincent Kompany, le natif de Schepdaal s’alignerait en défense tel un joueur entraîneur.

Mathieu van der Poel durant ses années football.
Mathieu van der Poel durant ses années football. © Nicolas Claeys

Devant une arrière-garde mêlant expérience, taille et impact physique, le coureur de chez Soudal-Quickstep tenterait d’aligner des joueurs n’ayant jamais foulé une prairie de leur vie. "Je prendrais par exemple Ilan Van Wilder qui a pratiqué la natation et est un petit costaud également. Avec d’autres gars plus rapides."

Pogacar en pointe

Enfin toute équipe de football un minimum ambitieuse se doit de trouver un attaquant prolifique. "Je ne suis pas sûr qu’un gars comme Tadej Pogacar soit bon au foot. Mais je le prends quand même parce que, comme il gagne beaucoup, je pense que c’est un buteur" glissait, non sans humour, le vainqueur de la Vuelta 2022. Comme beaucoup d’autres entraîneurs avant lui, Remco Evenepoel garde une part d’ombre sur ses autres choix. "Il me manque quelques joueurs, laissez-moi le temps d’y réfléchir avant de donner un onze complet." Et si le coach trouvait quelques pépites du côté de l’Italie à l’occasion du Giro en mai prochain ?

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous