Icône représentant un article video.

Politique

"Codeco énergie" : plafonnement des prix, taxation des surprofits… Voici ce qu’envisage le Premier ministre

© © Tous droits réservés

28 août 2022 à 11:11 - mise à jour 31 août 2022 à 09:45Temps de lecture1 min
Par Daphné Van Ossel

Pour réagir face à la flambée des prix de l’énergie, le Premier ministre convoque un comité de concertation qui aura lieu ce mercredi à 15 heures. Ce "Codeco énergie" devrait servir, selon Alexander De Croo, "à voir avec les différents gouvernements si nous prenons toutes les mesures nécessaires". Il n'est pas dit que des mesures seront prises, mais les différentes actions envisageables sont d’ores et déjà évoquées ce samedi, notamment par le Premier ministre lui-même, dans une interview accordée à nos confrères de la VRT.

Plafonnement des prix

Le Premier ministre est favorable à un plafonnement des prix, une mesure déjà évoquée depuis plusieurs mois, sans qu’elle ne soit concrétisée.

"On est content de voir que de nombreux pays sont enfin convaincus qu’un tel plafond est nécessaire, se réjouit-il. Pour un pays comme la Belgique, il est très difficile de faire ça seul, car le marché de l’électricité et du gaz, c’est presque un seul marché en Europe occidentale."

La ministre de l'Energie Tinne Van de Straeten est sur la même longueur d'onde. Elle rappelle qu'elle plaide pour un plafonnement des prix au niveau européen depuis février. "Aujourd'hui les lignes bougent, l'Allemagne commence à bouger", dit-elle sur RTL. 

Selon ses calculs et en se basant sur la situation en Espagne (où, avec le Portugal, le prix du gaz a été plafonné), un plafonnement européen du prix du gaz pourrait "enlever immédiatement 770 euros par an de la facture". 

La Belgique pourrait-elle prendre une telle mesure à son niveau, si les choses ne bougent pas au niveau européen ? "La manière la plus efficace de s’y attaquer est de loin l’Europe, martèle Alexander De Croo, mais si cela ne fonctionne pas, nous examinerons d’autres options, mais elles seront moins fortes.” 

Taxer les bénéfices excédentaires des entreprises énergétiques

Autre mesure régulièrement mise sur la table sans qu’elle ne se concrétise : la taxation des surprofits des entreprises du secteur de l’énergie. L’Italie a déjà décidé dès mars dernier d’une taxe de 10% sur les profits supplémentaires engrangés. Mais, en Belgique, la question divise la majorité fédérale. La Ministre fédérale de l’énergie, Tinne Van der Straeten, y est favorable, elle a déposé un projet au gouvernement en ce sens, mais le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem (CD&V), considère qu’une telle taxe est difficilement réalisable, et les libéraux rappellent l’engagement de ne pas lever de nouvelles taxes.

"Une telle mesure est nécessaire”, affirme Alexander De Croo. "J’ai déjà rencontré le ministre des Finances et le ministre de l’Énergie ces derniers jours à ce sujet. Il faut aussi voir comment cela peut s’inscrire dans un cadre européen, car toutes ces entreprises ne sont pas seulement actives dans notre pays. J’en ai déjà discuté avec Ursula Von der Leyen. Mais ce n’est évidemment pas possible que notre population souffre à ce point alors que des entreprises font des profits excessifs."

Prolongation de Doel 3 et Tihange 2

Dans une lettre ouverte au gouvernement, le personnel des centrales nucléaires belges demandait ce samedi que les réacteurs Doel 3 et Tihange 2, dont la fermeture est prévue respectivement en septembre et en février, soient prolongés. Engie s’y oppose.

Le gouvernement fédéral a déjà décidé de négocier la prolongation de Doel 4 et Tihange 3. Pourrait-il envisager de faire de même pour ces deux autres réacteurs ?

"La fermeture de Doel 3 et de Tihange 2 est inévitable", affirme le Premier ministre.

Pour le reste, "un réacteur nucléaire n’est pas une fabrique de biscuits, vous ne pouvez pas allumer ou éteindre les réacteurs nucléaires avec un interrupteur. À moyen et long terme, dans quelques années, je ne suis pas contre l’idée d’examiner toutes les options."

La prolongation des trois autres centrales nucléaires – Doel 1, Doel 2 et Tihange 1 – est-elle envisageable ? "Nous devons écouter les spécialistes. Ça ne se discute pas sur un coin de table. La sûreté nucléaire est une affaire sérieuse. Mais les 5 prochains hivers au moins seront difficiles, donc je ne suis pas contre l’examen de toutes les options, à condition qu’elles soient réalistes pratiquement et financièrement".

Le Premier ministre n’exclut pas non plus une réduction d’impôt, tout en rappelant que "nos poches ne sont pas infiniment profondes". Le gouvernement a par ailleurs déjà pris des mesures, comme la réduction du taux de TVA à 6% sur le gaz et l’électricité, ou l’extension du tarif social.

prix de lénergie : un codeco prévu ce mercredi

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Codeco : l’énergie du désespoir ?

Chroniques

Codeco "Energie" : la Région wallonne avance des pistes

Belgique

Articles recommandés pour vous