Comics Street : Loba Loca

BD

© Tous droits réservés

16 déc. 2020 à 12:45Temps de lecture2 min
Par Thierry Bellefroid

Avant la pause des fêtes, nous partons sur les traces d’une lutteuse pas comme les autres.

Elle s’appelle Guadalupe. Elle a dix-sept ans. Et dès les premières pages de cette intégrale qui réunit des épisodes d’abord parus en fascicules comme les comics américains, on comprend que la vie n’est pas facile pour elle. Guada, surnommée La Loca La Folle -, est la victime d’un harcèlement comme il en existe beaucoup dans le milieu scolaire aujourd’hui. Mais un jour, il y a l’humiliation de trop, la colère qui sort et les poings, subitement lourds comme des enclumes. Guada est jugée, condamnée, suivie par un psy, recluse chez elle avec un bracelet électronique. Rongeant son frein et sa rage, elle découvre dans le grenier de sa mère le secret de son existence : elle est la fille d’un célèbre lutteur de Lucha Libre, cette discipline apparentée au catch qui se joue au Mexique sous des masques très codifiés.

Et du coup, elle décide de partir sur les traces de son père :

Fille d’El Diablo, Guada se met en effet en tête de devenir l’égale de son père, porté disparu depuis des années. Elle retrouve El Tigre, un ancien lutteur sur le retour et le convainc de la prendre sous son aile. Commence alors un long apprentissage. Un peu à la manière de ''Karate Kid'', Guada va apprendre à se connaître elle-même avant de connaître les meilleures prises. Bientôt rebaptisée La Loba – La Louve -, elle se lance dans une quête initiatique à la fois palpitante et touchante, bien loin des poncifs des livres de baston.

Que retenir, au final, de ces 200 et quelques pages trépidantes ?

Tout d’abord, il faut savoir que ''Loba Loca'' est ce qu’on appelle un spin-off, c’est-à-dire l’amplification d’un personnage appartenant à une autre série. Et cette série, ''Mutafukaz'', est un peu l’axe principal sur lequel s’est construite la maison Ankama, maison qui se partage entre la BD et le jeu vidéo. On est donc dans un univers qui a ses codes – et surtout ses fans. Mais on peut lire ce livre, comme le précédent spin-off, l’excellent ''Puta Madre'', sans connaître la série mère. La violence y est très chorégraphiée. Et ici, elle est constamment désamorcée, soit par l’humour, soit par la lutte de personnages contre leurs propres pulsions. Au final, ''Loba Loca'' est un très bon livre sur la quête identitaire et une critique douce-amère sur tous les travers du monde d’aujourd’hui.

Loba Loca, Run et Guillaume Singelin, chez Ankama

Des conseils de lecture pour passer du bon temps, un album à la main : Comics Street le mercredi à 13h45, l’actualité BD présentée par Thierry Bellefroid dans Lunch Around The Clock.

"Viens petite fille dans mon Comic strip" chantait Gainsbourg avec autant de fausse innocence que quand il faisait chanter "Annie aime les sucettes" à France Gall. En guise de clin d’œil, Comics Street vous invite, vous les fans de rock, à partager chaque semaine les coups de cœur choisis par Thierry Bellefroid parmi les dizaines de titres qui déboulent en librairie. Perles et pépites à lire en écoutant… Classic 21, bien sûr !

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet