RTBFPasser au contenu
Rechercher

Coronavirus

Comité de concertation : en dessous de 12 ans, le masque ne sera plus obligatoire dès le 19 février

11 févr. 2022 à 15:12Temps de lecture2 min
Par Estelle De Houck et Lavinia Rotili

Libérés, délivrés, les enfants n’auront plus à porter le masque. C’est ce qui a été décidé en comité de concertation ce vendredi et qui vient d'être annoncé lors de la conférence de presse ce vendredi après-midi. La mesure entrera en vigueur à partir du lundi 19 février.

Désormais, les enfants âgés entre six et douze ans ne devront plus être masqués.

Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet (MR) s'est réjoui de cette mesure qui devrait apporter du soulagement, notamment dans les écoles. 

Comité de concertation du 11/02/2022 : le baromètre passe à l'orange, voici les nouveaux assouplissements

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Depuis la rentrée des classes début janvier, les élèves entre six et douze ans devaient donc porter le masque notamment en classe, mais le texte autorisait des "moments de pause" lorsque tout le monde était assis et que l’activité s’y prêtait.

Cette mesure avait été prise lors du comité de concertation du vendredi 3 décembre et avait provoqué de vives tensions – notamment du côté des parents d’élèves.

Quand on va pouvoir retourner danser en discothèque sans masque, il me semble logique que dans enfants de dix ans ne soient plus masqués

Hier, sur le plateau de Jeudi en prime, la ministre de l’enseignement Caroline Désir (PS) a plaidé en faveur de cet assouplissement. "Il faut évidemment voir cela de manière progressive et ne pas faire cela en même temps pour toutes les années", précisait-elle.

"Quand on va pouvoir retourner danser en discothèque sans masque, il me semble logique que des enfants de dix ans ne soient plus masqués."

Cette semaine, d’autres voix politiques s’étaient fait entendre en faveur de cette mesure cette semaine. A l’instar du ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet (MR). Ou encore du vice-Premier ministre Georges Gilkinet (Ecolo) qui pointait notamment les troubles d’apprentissage que pouvait engendrer le bout de tissu.

"Il nuit à l’apprentissage qui passe aussi par la lecture des émotions de l’instituteur/rice, la lecture sur les lèvres. Je pense que cela a des conséquences sur les élèves les plus fragiles", expliquait-il sur le plateau de "QR le débat" ce mercredi.

Accalmie sanitaire

Ces assouplissements interviennent sur fond d’amélioration des conditions sanitaires. "On est dans la décrue, on le voit aussi au niveau des hôpitaux", commentait sur le plateau de Déclic Leïla Belkhir, cheffe de l’unité infectiologie aux cliniques universitaires Saint-Luc de Bruxelles.

Le porte-parole interfédéral Steven Van Gucht est également allé dans ce sens lors du point presse hebdomadaire de Sciensano ce vendredi matin. "Le pic de la cinquième vague est clairement derrière nous", a-t-il indiqué.

Loading...

Comité de concertation du 11/02/2022 : utilisation du CST et booster (Frank Vandenbroucke ministre de la Santé)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Coronavirus en Belgique : le port du masque n'est plus obligatoire en dessous de 12 ans

Coronavirus

Coronavirus : le port du masque dans le secondaire sera examiné au Codeco de début mars

Coronavirus

Articles recommandés pour vous