Comité de concertation : l’incertitude plane toujours quant à une possible fermeture des écoles

© Getty

03 déc. 2021 à 04:59 - mise à jour 03 déc. 2021 à 08:00Temps de lecture2 min
Par Cynthia Deschamps avec Thomas Gadisseux

Le 21e Codeco de l’année a lieu ce vendredi 3 décembre. Au menu, entre-autres : la fermeture possible des écoles. C’est en effet l’une des recommandations faites par les experts du GEMS, le groupe qui conseille le gouvernement dans sa stratégie de lutte contre l’épidémie de Coronavirus, pour tenter d’enrayer la hausse des cas de coronavirus et la pression sur les hôpitaux.

Conscient que les fermetures d’écoles et l’organisation de l’enseignement à distance pour les jeunes enfants ont un impact sur les enfants, leurs familles et l’ensemble de la société, le GEMS préconise une période de fermeture des écoles de dix jours. C’est la période minimale épidémiologiquement "significative" (c’est-à-dire dix jours, conformément à la période d’incubation moyenne).

Après cette période de dix jours, le redémarrage de l’enseignement "en présentiel" pourrait être envisagé, "à condition que des mesures préventives strictes soient en place et qu’il y ait une stabilisation minimale de la situation épidémiologique", précise le GEMS.

Des ministres de l'Enseignement contre la mesure

Lors du kern de jeudi soir, le Premier ministre Alexander De Croo a mis sur la table tous les éléments préconisés par le GEMS, dont ces dix jours de fermeture. C’est un "non" pour plusieurs partis. Le PS s’y oppose à la table du gouvernement avec le vice-Premier ministre Pierre-Yves Dermagne qui estime, tout comme la ministre de l’Education Caroline Désir, que cela va trop loin.

De son côté, la N-VA s’y oppose elle aussi. "Une fermeture collective de toutes les écoles affecte particulièrement les enfants les plus vulnérables", a d’ailleurs tweeté le ministre flamand de l’Enseignement, Ben Weyts (N-VA). "Gardons donc nos écoles ouvertes partout où nous le pouvons."

Loading...

Le GEMS mécontent

De son côté, le GEMS est mécontent que ses recommandations antérieures n’aient été que partiellement acceptées dans un délai différé, souvent pas efficacement mises en œuvre et/ou pas du tout retenues lors des derniers Codeco.

"Ceci est particulièrement vrai pour le domaine de l’éducation, où la situation s’est dégradée rapidement au cours des dernières semaines et où les acteurs de terrain ont demandé à plusieurs reprises des interventions claires et une ligne de décision. Mais aussi dans d’autres secteurs (par exemple le travail, les loisirs, les sports, l’horeca/la vie nocturne), trop d’exceptions et le manque de lignes de communication claires ont malheureusement conduit à des situations incohérentes qui ne contribuent pas au sentiment d’urgence nécessaire et à la compréhension des mesures."

Sur le même sujet

Journal télévisé 02/12/2021

Sur le même sujet

Masque dès 6 ans, y compris en classe, écoles fermées le 20 décembre, l’HoReCa épargné, la culture bousculée : les mesures du Codeco de ce 3 décembre

Coronavirus

Comité de concertation : les événements de plus de 200 personnes suspendus, "absurde" pour le monde culturel qui voudrait que l’on tienne compte de la taille de la salle

Coronavirus

Articles recommandés pour vous