RTBFPasser au contenu
Rechercher

Le 6/8

Comment aider les animaux sauvages blessés ou en détresse ? Voici les bons gestes pour leurs offrir un nouvel envol !

Que faire si on trouve un oisillon blessé ou en détresse ?

Le 6-8

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

16 juin 2020 à 11:03Temps de lecture3 min
Par VivaCité

Que faire si je trouve un oisillon blessé ou un animal en détresse ? Virginie Hess épingle pour nous tous les bons gestes et les bons réflexes à adopter pour aider ces animaux qui se trouvent parfois en difficulté.

Que faire si je trouve un oisillon blessé ou en détresse ?

revalidation animaux...
revalidation animaux...
revalidation animaux...

La semaine passée, notre chroniqueuse Virginie a trouvé un jeune choucas dans sa cheminée. Une aventure surprenante qui nous invite à nous interroger sur les bons réflexes à adopter en telles circonstances. 

Les vieilles cheminées en brique attirent bien souvent les oiseaux, c’est un endroit rêvé pour y faire leur nid. C’est bien entendu sans compter le moment venu pour vous de faire un bon feu de cheminée lors des soirées plus fraîches, et, le conduit étant obstrué cela peut occasionner ces dits feux de cheminée. C’est problématique également pour les oiseaux car le nid peut dégringoler et les oisillons peuvent faire une chute de près de 15 mètres. Ça arrive fréquemment, il importe donc de bien veiller à l’entretien de sa cheminée, de veiller à ce que des oiseaux n’y aient pas élu domicile.

Que faire si l’on trouve un petit oiseau blessé ?

Si vous trouvez un oiseau en détresse dans votre jardin, sur le trottoir, au pied d’un arbre,… Ne vous précipitez pas tout de suite car il peut tout simplement avoir raté son premier envol, il est peut-être tombé du nid mais les parents de l’oisillon peuvent être non loin de lui.

Donc dans un premier temps on observe. On voit s’il est blessé ou mal en point, on le pose dans un buisson, dans un lieu sûr. On ne se précipite surtout pas pour l’amener dans un centre de revalidation, on attend de voir si les parents le reprennent en charge. Ces centres sont d’ailleurs saturés en raison de ces nombreux apports d’oisillons qui du coup sont définitivement éloignés de leurs parents trop souvent en raison de notre précipitation, sans mauvaise intention bien entendu. On observe donc dans un premier temps, c'est essentiel et vital pour l'oiseau.

Si l’oisillon semble livré à lui-même, on le met alors dans une caisse qui le sécurisera, on lui fait un petit nid cocon, on fait des trous pour faire passer l’air, on laisse une petite ouverture mais la pénombre va le rassurer. Ne lui donnez pas à boire ou à manger car souvent ces oisillons ont besoin de nourrissage bien spécifique. N’improvisez pas ces soins vous-même. On se rend ensuite dans un de ces centres de revalidation. Prenez contact au préalable avec eux afin de bénéficier des meilleures recommandations qui soient. Et grâce à vous voilà un nouvel envol pour cet oisillon livré à lui-même.

Focus sur les centres de revalidation de la faune sauvage

Le 6-8

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Les Centres de revalidation de la faune sauvage (CREAVES)

Revalidation animale…
Revalidation animale…
Revalidation animale…

Toute l’année, les animaux sauvages sont confrontés à de nombreux dangers liés à la présence humaine : collision avec des véhicules, empoisonnements, barbelés, tondeuses, etc. Et cela en plus des dangers issus de leurs prédateurs naturels.

On parlait des oiseaux mais il y a aussi les hérissons, un blaireau, les renards, les chevreuils,… qui sont en danger.

Si vous trouvez un animal en danger, il faut toujours bien mettre des gants bien évidemment pour vous protéger. C’est le premier conseil : soyez prudent dans la manipulation. Vous le mettez ensuite dans une caisse ou vous l’envelopper dans un linge pour le transporter jusqu’à un centre de revalidation.

Les CREAVES sont des établissements agréés spécialisés dans le soin de ces espèces.

Ils pratiquent les soins, la revalidation et le retour dans la nature sauvage. Ce sont les trois étapes du cheminement des animaux arrivés en ces centres. Les bénévoles font un travail remarquable, jour et nuit, ils consacrent leur temps à la vie sauvage en détresse avec peu de moyens !

Le site internet bien utile :

La Ligue Royale Belge de protection des oiseaux rassemble l’ensemble des coordonnées, des infos sur ces centres de revalidation. LRBPO. be

Centre " SOS hérissons " à Jumet - il y a aussi un centre spécialisé pour les chauves-souris à Liège.

Il est important de souligner aussi qu’en Belgique, la détention d’animaux sauvages est interdite !

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous