Tendances Première

Comment bien gérer le temps en cette période de rentrée scolaire ?

Tendances Première : les Tribus

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Si nous sommes tous stressés par la rentrée, c’est parce que nous savons que le temps va nous opprimer. Du jour au lendemain, le temps libre va devenir un temps mesuré, un temps contraint. Bruno Humbeeck, psychopédagogue à l’UMons, nous explique comment vivre une rentrée scolaire tout en douceur.

Le temps a été inventé à l’époque des premiers trains. Comme il fallait être à l’heure, on a commencé à être attentif aux horaires, à compter le temps de manière plus rigoureuse. Le temps a fini par peser sur nous et par créer une forme de stress. Aujourd’hui, nous sommes aliénés par nos horloges. La mesure du temps s’impose à nous. Et dès que l’on vit en société, on doit tenir compte des horloges des autres.

Séparer les temps pour éviter le stress

L’école a ainsi une heure pour commencer et une heure pour terminer, variable selon les devoirs scolaires. Il est important d’apprendre à nos enfants à bien séparer le temps.

Un enfant a droit à son temps personnel, à son temps familial et il a l’obligation d’un temps scolaire. Le temps partagé est le temps négocié pour les activités familiales. Le temps libre est celui qui n’appartient qu’à soi, où l’on fait ce que l’on veut. Le temps obligatoire est le temps contraint, que ce soit pour le travail ou pour l’école.

"Si l’on arrive à faire la part des choses parmi cette subjectivité du temps, on pourra réduire fortement son stress", affirme Bruno Humbeeck.

© Pixabay

Préserver le moment de temps libre

Ce qui est compliqué, c’est le contraste avec le temps des vacances. En quelques heures, on retombe dans les contraintes.

C’est pour cela qu’on doit rendre explicite le temps négocié. Plutôt que dire à l’enfant : fini de rigoler, on va s’y mettre, c’est terminé le temps libre, tu vas travailler pour l’école, il faut expliquer à l’enfant qu’il va aller à l’école, puis qu’il y aura le temps familial des devoirs et des repas, puis qu’il aura toujours son temps libre, insiste Bruno Humbeeck.

Le temps de l’école ne se négocie pas. Le temps familial se négocie, mais dans l’idée que chacun doit y trouver son compte. Puis chacun a droit à son temps libre. Et les enfants doivent apprendre à respecter le temps libre de leurs parents.

C’est ça qui fait qu’une rentrée peut être plus douce, parce qu’on se dit : attention, je ne vais pas me laisser manger en me refusant tout temps libre. A l’intérieur de ces espaces aliénés, on a des moments de liberté et on doit absolument se les préserver.

Comment évaluer le temps à consacrer aux devoirs ?

Pour diminuer le stress dans les familles, il est important, en concertation avec l’école – et les écoles savent que c’est plus producteur -, de déterminer une période de devoirs bien délimitée, par exemple une heure.

Le rôle des parents, c’est d’expliquer à l’enfant que, sur ce laps de temps, il doit aller le plus loin possible dans le devoir, même s’il ne va pas jusqu’au bout.

"Tout ce qui se négocie explicitement crée peu de troubles, souligne Bruno Humbeeck. […] Lorsqu’on négocie explicitement, lorsqu’on explique, je ne connais pas d’enseignant qui dirait : non, vous avez tort. Si vous dites : on met l’enfant une heure au travail, parce qu’on estime qu’une heure, c’est suffisant au-delà de la journée scolaire et on vous garantit qu’il ira le plus loin possible dans son devoir, l’enseignant va applaudir des deux mains. Enfin, il pourra repérer des vrais socles de compétences !"

Car quel intérêt pour l’enseignant de corriger des devoirs parasités par l’intervention des parents ? Quel intérêt pour un enfant d’apprendre face à quelqu’un qui s’énerve et qui pousse à donner des bonnes réponses, plutôt que de l’inviter à chercher et à se tromper de plus en plus, comme on doit pouvoir le faire dans une relation pédagogique sereine ?

D’ailleurs, ce que les élèves veulent, c’est 3 choses, rappelle Bruno Humbeeck. C’est être évalués intelligemment, être accompagnés sans stress, y compris dans leurs échecs, et être guidés pour pouvoir réfléchir et agir par eux-mêmes.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous