Telle est la question !

Comment est né le Carnaval des Animaux de Camille Saint-Saëns ?

Comment est né le Carnaval des animaux de Camille Saint-Saëns
10 déc. 2021 à 07:38Temps de lecture2 min
Par Clément Holvoet

C’est l’une des œuvres les plus célèbres du répertoire classique, utilisée au cinéma et à la télévision. Tout le monde a déjà entendu au moins une pièce de cette suite pour ensemble de chambre. A l’instar de Pierre et le loup, le Carnaval des animaux, écrit en 1886 par Camille Saint-Saëns est souvent une œuvre que l’on fait écouter aux enfants pour leur faire découvrir la musique classique.

Et pourtant, Saint-Saëns, dont nous commémorerons ce jeudi 16 décembre le centenaire de son décès, n’avait pas du tout prévu le succès populaire que va connaître son œuvre. Comment est né le Carnaval des animaux ? Telle est la question à laquelle répond Clément Holvoet.
 

De l’amusement de Mardi gras au salon de Pauline Viardot

Nous sommes au début de l’année 1886, année de la création de grandes pièces du répertoire comme le Roméo et Juliette de Tchaïkovski, La nuit sur le mont Chauve de Modeste Moussorgski ou encore l’un des chefs-d’œuvre de Camille Saint-Saëns, sa Troisième Symphonie avec orgue.

Le Carnaval des Animaux, sous-titré "Grande Fantaisie zoologique", est un grand pastiche construit autour de descriptions d’animaux, écrit pour écrit pour 11 instruments, cordes, vents, percussions et claviers. Il comporte 14 parties, ou mouvements, et chaque partie décrit en musique un animal ou une famille d’animaux, parmi lesquels les Tortues, les Poules et Coqs, l’Éléphant, l’Aquarium, le célèbre Cygne, et tout un tas d’autres… On notera également la présence de sacrés animaux : les Pianistes ! L’humour est le maître mot de cette œuvre, sans tomber cependant dans la caricature ou le ridicule. L’ensemble reste élégant et raffiné, et certaines pages sont de toute beauté.

Charles Lebouc

Mais quelle est l’origine de sa composition ? La pièce a été écrite par Saint-Saëns pour un événement privé, un concert de Mardi gras donné chez le violoncelliste français Charles Lebouc, ami intime de Chopin et de Mendelssohn. Lebouc organise donc chez lui une fête de Mardi gras, au mois de mars 1886 et on y joue le Carnaval de Saint-Saëns. La pièce sera ensuite rejouée chez Pauline Viardot, cantatrice célèbre et sœur de la Malibran, au mois d’avril. Franz Liszt est présent lors de cette représentation et semble ravi par l’orchestration et par les très amusantes citations musicales incluses par le compositeur, comme des citations de musiques de Berlioz, Offenbach ou même Rossini. Leurs thèmes musicaux sont ainsi repris et transformés, pastichés par Saint-Saëns.

Ne pas entacher la réputation de compositeur sérieux

Pauline Viardot

Après le concert chez Pauline Viardot, Camille Saint-Saëns interdit toute représentation publique de son Carnaval et toute publication. Saint-Saëns craint en effet que toutes ces amuseries, même si elles étaient très bonnes, ne nuisent à sa réputation de compositeur sérieux, réputation à laquelle il tient. Seule exception à cette interdiction : Le Cygne qui a été édité à part, du vivant de Saint-Saëns.

Par conséquent, la première création publique de l’œuvre ne s’est faite qu’après la mort de Saint-Saëns, donc après 1921, c il y a tout juste 100 ans. Aujourd’hui, le succès populaire du Carnaval des animaux tend parfois à occulter la richesse des compositions de Saint-Saëns, qui est l’un des seuls compositeurs des XIXe et XXe siècles à avoir composé pour tous les genres musicaux. Le Carnaval est toutefois une très belle porte d’entrée pour découvrir l’univers tellement inspiré de Camille Saint-Saëns.

Dès ce samedi 11 décembre, Musiq3 vous propose une programmation spéciale autour de Saint-Saëns avec plusieurs émissions qui lui seront entièrement consacrées.

Sur le même sujet

L’Assassinat du Duc de Guise, des macabres guerres de religion à un chef-d’œuvre cinématographique et musical

Faut que je vous raconte

En cette journée mondiale du lion, retrouvez deux versions de la Marche royale du lion de Saint-Saëns

Journal du classique

Articles recommandés pour vous