Tendances Première

Comment expliquer la baisse de l’immobilier à Bruxelles ?

© Wikimedia Commons

05 oct. 2020 à 11:31Temps de lecture3 min
Par RTBF La Première
Loading...

Les chiffres d’août montrent qu’après le point mort d’avril et mai, l’immobilier professionnel a augmenté d’environ 15% par rapport à l’an dernier en Flandre et en Wallonie. A Bruxelles, en revanche, il a diminué de 7%, ce qui est inquiétant. Explications avec Marc Van Beneden, notaire émérite.

Bruxelles est bizarrement configurée. Contrairement à Paris ou Londres, les belles habitations se trouvent en périphérie, à Uccle, Woluwé Saint-Pierre, ou encore dans les deux Brabant, et pas au centre ville. Alors qu’il y a une centaine d’années, les bourgeois habitaient Saint-Josse.

Marc Van Beneden ressent, à l’écoute des témoignages découragés qui se multiplient, qu’il y a aujourd’hui un réel malaise dans le secteur de l’immobilier professionnel. Il est vrai que Bruxelles n’a pas été épargnée ces derniers temps, entre les attentats, la crise sanitaire, les travaux non coordonnés entre les communes, la désorganisation au niveau de la Région, et les diverses mesures relatives à la mobilité.
 

Une crise qui a tout changé pour l’immobilier professionnel

Avec la crise du Covid-19, on constate que le télétravail a changé la donne en ce qui concerne les immeubles professionnels. 2/3 du personnel travaille maintenant à domicile. De nombreux employeurs réfléchissent donc à louer des espaces de bureau plus petits.

On observe aussi une remise en question plus générale : pourquoi rester à Bruxelles ? Les chefs d’entreprise envisagent désormais la possibilité de louer des bureaux, non plus à Bruxelles, mais en périphérie ou en Brabant. Les loyers y sont beaucoup moins chers. Et beaucoup de leurs travailleurs y habitent déjà.

Si le télétravail se poursuit, il est clair que la prise de décision se fera dans ce sens, affirme Marc Van Beneden.

Des mesures de mobilité contestées

"Ce qui va définitivement les décider, c’est la maladresse des pouvoirs politiques", explique Marc Van Beneden, citant quelques exemples de mobilité qui posent question.

  • Le nouveau plan de mobilité au Bois de la Cambre ne fait pas l’unanimité.
  • L’instauration de zones limitées à 20 ou 30 km/h est maladroite et mal perçue.
  • Le piétonnier du centre ville crée une certaine insécurité, sans compter les nombreux commerces du grand boulevard qui ont dû fermer, y compris le magnifique Hôtel Métropole.
  • De nombreuses voies d’accès sont désormais réservées au vélo.
  • La Chaussée de Waterloo est devenue une autoroute et les commerçants la désertent.
  • Toutes les entrées de Bruxelles sont devenues catastrophiques, que ce soit pour venir y travailler ou pour y faire ses courses !

Résultat : aujourd’hui, il n’y a plus suffisamment de clients dans les magasins, les restaurants, mais aussi dans les cinémas, les théâtres, pour leur permettre de tenir le coup financièrement. Des faillites sont à prévoir. "C’est donc quelque part une question de vie ou de mort pour ces entreprises d’aller s’installer ailleurs."

On dirait qu’on veut, par ces mesures, convaincre que le télétravail doit être privilégié, et c’est certainement vrai, mais c’est dommage pour Bruxelles et pour sa vie économique, déplore Marc Van Beneden.
 

Des mesures trop brutales ?

Ce sont tous ces petits événements qui expliquent la baisse de l’immobilier à Bruxelles. Ces mesures sont prises comme des agressions.

"Les gens me parlent : le commerçant qui est au bord de la faillite, le restaurant qui n’en peut plus, ces mesures supplémentaires, c’est too much !"

"Je ne dis pas qu’il ne faut pas prendre ces mesures. Il faut protéger les vélos. Le Bois était une espèce d’autoroute. Il fallait prendre des mesures, mais fallait-il qu’elles soient aussi brutales ? Concernant le piétonnier, ce boulevard était en fin de course, mais fallait-il tout casser ? C’est la question que je me pose et que se pose un certain nombre de personnes. Parce que ceux qui disent : "Je m’en vais, j’en ai marre de Bruxelles", ils aiment Bruxelles et c’est contre leur coeur qu’ils partent. Retenons-les !"

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous