RTBFPasser au contenu
Rechercher

Economie

Comment faire émerger un commerce en ligne durable en Belgique ?

La question éco

Comment développer un commerce en ligne durable en Belgique ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

11 févr. 2022 à 10:50Temps de lecture2 min
Par A. Lo. sur base d'une chronique de Maxime Paquay

C’était sans doute le pavé dans la mare de la semaine, les déclarations de Paul Magnette appelant à une Belgique sans e-commerce. Un rétropédalage plus tard, le président du Parti socialiste affirmait avoir voulu lancer un débat sur le modèle des grands acteurs du commerce en ligne, leurs conditions de travail, leur impact environnemental. Maxime Paquay est journaliste au journal L’Écho, et nous livre son analyse dans la Question Eco, sur Matin Première. Il s’est posé la question : comment faire émerger un commerce en ligne durable en Belgique ?

Le dernier kilomètre, le plus polluant

"Pourquoi ne pas imaginer un label commerce en ligne durable ? Une idée qui peut sembler farfelue ou anecdotique, c’est vrai. Un nutriscore en magasin, ce n’est pas la panacée pour une alimentation saine et généralisée, mais un label e-commerce durable, et la France y songe d’ailleurs plus que sérieusement, ça a deux mérites : contribuer à informer de manière claire et rapide le consommateur et amorcer un peu de concurrence entre acteurs sur un terrain autre que le prix le plus bas ou le délai le plus serré. Ça inciterait inévitablement Amazon et consorts à se positionner vis-à-vis de critères liés à la durabilité auxquels ils ne sont pas forcément habitués aujourd’hui."

Il existe aussi d’autres pistes : le principe du dernier kilomètre. "On sait que cette dernière étape de livraison des colis est polluante aujourd’hui et le sera de plus en plus à mesure que l’activité augmente. Il serait possible d’imposer des véhicules moins polluants pour ces livraisons, en particulier en centres urbains, quitte à favoriser la livraison en points relais plutôt qu’à domicile. Et pourquoi ne pas imposer une facturation séparée : d’un côté le produit, et de l’autre la livraison avec le détail de son bilan carbone ? Quitte à permettre, en fin de commande, au consommateur de choisir son délai de livraison."

Encourager encore et encore la numérisation des acteurs du commerce belge

Côté entreprise, "encourager encore et encore la numérisation des acteurs du commerce belge. Éluder cette question, c’est ne pas prendre la défense réellement de ce tissu économique belge. Mon libraire du coin a vendu en ligne pendant le confinement, il a livré lui-même à domicile, sans pour autant travailler la nuit. Mais si le retour à la normale signifie pour lui un retour au désintérêt pour la vente en ligne, alors il est sans doute un peu perdu à long terme face à Amazon ou à la FNAC, parce que les habitudes de consommation, elles, tendent vers la librairie en ligne. Et je crois qu’une librairie de quartier performante sur le web, c’est aussi ça, en partie, qui maintiendra des villes vivantes."

Encourager la numérisation, le dernier kilomètre, le label. Est-ce que tout ça va suffire à concurrencer les géants de l’e-commerce ? "Non, seul, rien de tout ça ne suffira, et ce que je viens de proposer est effectivement dans un paysage compliqué. Il nous faut aussi une fiscalité équitable. Que certains de ces géants de l’e-commerce soient encore en mesure d’échapper largement à l’impôt sur les bénéfices défavorise évidemment cruellement les acteurs de l’e-commerce qui sont établis localement, chez nous en Belgique, et qui sont, eux, bel et bien soumis à taxation. Cela doit changer ! Et enfin, des données, des chiffres. Il nous faut enfin des chiffres précis sur ce que nous consommons et chez qui. C’est une grande inconnue en Belgique, et c’est d’ailleurs un classique, c’est généralisé, mais ça empêche aussi de mener le vrai débat sur une base solide, le débat sur ce que nous voulons demain comme modèle de commerce en ligne."

Sur le même sujet

Paul Magnette : "Le grand commerce en ligne est une concurrence terrible pour notre commerce local"

Politique

E-commerce "Paul Magnette est trop intelligent pour n’avoir pas mesuré la portée de ses propos"

Chronique Économique

Articles recommandés pour vous