Réseaux sociaux

Comment gérer sa e-réputation quand on est digital nomad ?

Comment gérer sa e-réputation quand on est digital nomad ?
10 août 2022 à 12:00Temps de lecture2 min
Par RTBF avec AFP

Face aux remarques empreintes de sarcasme et de jalousie suggérant le dilettantisme, deux travailleurs indépendants racontent leur usage des réseaux sociaux lorsqu'ils voyagent au bout du monde. Sans se restreindre sur leur manière de poster, ils n'hésitent pas à rappeler à leurs collaborateurs ou leurs clients qu'ils sont au travail, même à Bali ou en Australie.

Quand on est travailleur indépendant à l'autre bout du monde, il est difficile de résister à la tentation de publier sur les réseaux sociaux des photos de plage et de sable fin. En même temps, n'est-ce pas là l'occasion de partager la beauté d'un mode de vie différent à l'autre bout de la planète ? Entre raillerie et jalousie, la présence en ligne se gère avec minutie pour les indépendants partis chercher du travail ailleurs.

"T'es toujours en vacances de toute manière !"

Steven a entendu ce commentaire sorti de la bouche de son père. Si cela fait rire ce travailleur indépendant en vadrouille, c'est peut-être parce que le "workation" est un nouveau mode de travail étranger à son paternel. Un avis qui est loin d'être isolé… Pourtant depuis l'Australie, les Etats-Unis ou la Corée du Sud, le trentenaire continue de publier ses découvertes sur son compte Instagram. Partager ces informations avec ses clients ou collaborateurs ne dérange pas le télétravailleur. Au contraire.

“Nos réunions s'ouvrent régulièrement sur cette question : 'Tu es où aujourd'hui ?'. C'est excellent pour briser la glace."

"Je suis connecté sur les réseaux avec les personnes avec qui je travaille", raconte Steven. Et selon lui, il n'y a pas nécessairement de bonne façon de gérer son image sur les réseaux sociaux. Mais contre ces réflexions déplaisantes, sur fond d'humour, Steven tente, à travers sa manière de travailler et ses discussions, de montrer qu'il ne se la coule pas douce sous les cocotiers.

Se détacher du regard des autres

Cette manière d'imaginer les indépendants "à la cool" revient régulièrement dans la bouche des personnes interviewées. Est-ce de la jalousie de la part des collaborateurs enfermés dans les bureaux ? 

Pour Benoît Raphaël, c'est un jugement sur lequel il ne faut pas s'attarder. L'entrepreneur, parti gérer sa startup en Asie du Sud il y deux mois, publie le récit de son expérience sur LinkedIn. Et de temps à autre, des photos de l'eau thaïlandaise. "Faut arrêter maintenant, Benoît. Tu vas foutre tout l'Occident en dépression et sous Tranxène", ironise un internaute sous l'une de ses vidéos. 

Bien qu'il fasse usage des réseaux sociaux pour raconter son expérience, il tente de ne pas donner trop d'importance à ce que les autres pensent. "Quand on s'intéresse à soi plutôt qu'à poster sur Instagram, on vit mieux", déclare-t-il. Il donne quelques conseils, notamment l'utilité du fond d'écran par défaut lors des réunions en visioconférence, pour éviter les commentaires lors des rendez-vous avec des clients.

Sur le même sujet

Bien-être, créativité, décompression... Est-ce que le workation fonctionne vraiment ?

Voyages

Quelles sont les meilleures destinations pour les nomades numériques ?

Voyages

Articles recommandés pour vous