Icône représentant un article audio.

Regions Liège

Comment l’après-Mathot bouleverse le paysage politique liégeois, et pas seulement sérésien

Liège en Prime épisode 25

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

25 nov. 2022 à 23:00 - mise à jour 27 nov. 2022 à 15:38Temps de lecture12 min
Par Michel Grétry

Pour plusieurs observateurs, la déchéance d’éligibilité de l’ancien député bourgmestre sérésien Mathot ouvre simplement la question du mayorat. Et c’est vrai que la perspective de la démission, en juin prochain, de Francis Bekaert ouvre la course à la succession. Et si les changements à prévoir n’étaient pas uniquement une question de personnes ?

La majorité absolue socialiste va-t-elle résister ? Et si non, quelles coalitions sont envisageables, quelles sont les alliances improbables ? Le chef de file de l’une des oppositions locales, le réformateur Fabian Culot, dévoile dans "Liège en Prime" ses souhaits et ses stratégies pour parvenir, dans deux ans, au collège communal. Les libéraux sont pourtant occupés à se disputer avec les divers partenaires potentiels, avec les écologistes sur le nucléaire ou la future centrale au gaz ; avec le PS sur le dossier Cristal Park, la gouvernance d’Enodia/Nethys, ou les dividendes de la vente de Voo. Craignent-ils d’être marginalisés par une "union des gauches" ? L’arrivée du MR au pouvoir dans la cité du fer pourrait-elle être la monnaie d’échange d’une reconduction du gouvernement provincial qui associe rouges et bleus ? La négociation locale pourrait-elle devenir un chapitre parmi d'autres d’un "grrrrand accord" comme il s’en est conclu à l’époque du père Daerden ? L’exploration de ces multiples pistes a commencé…

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous