Tipik Tv

Comment poster une story sur un réseau social détériore le climat

C'est une illustration de jeune utilisant leur smartphone

© Getty Images

Quand on parle empreinte carbone, on pense plus volontiers aux avions qu’à nos smartphones. Et pourtant l’utilisation d’internet, qui a bouleversé nos vies au point de nous en rendre dépendants, produit deux fois plus de gaz à effet de serre que le secteur aérien…

Le saviez-vous ?

  • TikTok est utilisé quotidiennement par un milliard de personnes. Cela représente 35.000 tours de la Terre en voiture, soit la distance qui nous sépare de Saturne, selon l’entreprise Greenspector.
  • Il faut extraire une tonne de terre pour obtenir un kilo de lithium, nécessaire à nos batteries.
  • Le stockage de nos documents numérique passe par d’immenses data centers qui consomment énormément d’électricité, produite pour les deux tiers à partir d’énergie fossile.

Au niveau mondial, le numérique représente 4% des émissions globales de gaz à effet de serre. C’est plus que l’aviation civile qui est à 3%. Le secteur continue de croître de 8% par an et deux personnes sur trois ont accès à internet dans le monde. Le numérique consomme donc plus que l’aviation, un secteur qui croit toujours fortement mais qui ne concerne qu’une personne sur cinq dans le monde.

Comment faire pour réduire notre empreinte carbone ?

Les actions individuelles :

Avant de supprimer nos réseaux sociaux, de se priver de séries ou de se passer de Google, on peut commencer par arrêter de regarder les vidéos en très haute définition car la HD consomme beaucoup plus que la définition standard.

La surconsommation (parfois induite par l’obsolescence programmée), est évidemment aussi à proscrire. On peut donc choisir d’augmenter la durée de vie de nos appareils : au moins 4 ans pour un smartphone et 8 ans pour un ordinateur ou une tablette.

Ces petits gestes permettraient de réduire de plus ou moins 300 kg CO2, soit -0,3 tonnes nos émissions de GES.

Les actions collectives :

 

Pour augmenter la durée de vie des produits, il est nécessaire d’augmenter la durée de garantie des appareils mais également de rendre obligatoire la disponibilité des pièces détachées pour permettre leur réparation.

Les offres conjointes, proposant un smartphone à prix réduit à la souscription d’un abonnement pourraient être plus réglementées pour éviter l’incitation au remplacement d’un appareil toujours en état de marche.

Repenser collectivement nos usages du numérique et principalement de la vidéo pour limiter l’explosion du volume des données et l’électricité nécessaire pour les stocker, les transférer et les traiter, est important. Allons-nous remplacer les appels téléphoniques par des appels vidéo plus volumineux en données ? Ne faut-il pas limiter la taille des vidéos ? Faut-il faciliter la suppression de vidéos au-delà d’un certain nombre d’années ou en dessous d’un nombre de visionnages ? Faut-il limiter certains contenus, du porno aux vidéos de chat ? Toutes ces questions méritent d’être posées et réfléchies collectivement si on veut limiter l’impact du numérique.

Pour trouver plus de réponses, rendez-vous sur Auvio pour regarder notre émission "Y a pas de planète B".

Ensemble pour la planète, des contenus pour comprendre et agir, à retrouver sur RTBF. be et RTBF AUVIO !

Cet article a été rédigé avec l’aide de Thomas Wansart, expert en empreinte carbone et créateur de Neo-solutions.

Sur le même sujet

Mobilité, énergie, conso… à combien s’élèvent vos émissions de CO2 ? Faites le test avec notre calculateur

Tipik Tv

Arrêter de manger de la viande pour le climat ? Mais pourquoi ?

Tipik Tv

Articles recommandés pour vous