RTBFPasser au contenu
Rechercher

Le 6/8

Comment pratiquer la communication non-violente ?

La communication non-violente Partie 1

Le 6-8

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

04 févr. 2022 à 12:08Temps de lecture2 min
Par Elisée Baelongandi

Gilles Delvaulx était dans le 6-8 pour nous révéler les deux concepts essentiels pour pratiquer la communication non-violente.

La communication non-violente réside dans le fait qu’il ne faut pas agresser l’autre tout en ne se laissant pas faire non plus, explique Gilles.

Pour y arriver, ce moyen de communication part de deux concepts :

La girafe et le chacal

Ces deux animaux peuvent prendre forme et se manifester dans nos relations ou au cours de nos discussions.

Le chacal

C’est notre partie râleuse, jamais contente, qui critique, juge, ironise, blesse l’autre ; autrement dit, celui qui ne rate pas une occasion de rouspéter. Le chacal représente ces moments où nous ne sommes pas forcément très agréables, à tort ou de manière justifiée.
 

La girafe

Avec son grand cœur qui pèse pratiquement 11 kg, la girafe représente le calme et la stabilité. C’est votre côté plus doux qui prend le temps, avec ses grandes oreilles, d’écouter les autres avec empathie. Sa grandeur et son haut cou représentent la capacité de prendre du recul. Cependant, l’animal ne se laisse pas faire, il est bien ancré sur ses 4 pattes.

Dans une discussion le chacal veut avoir raison tandis que la girafe cherche la connexion.

Les 4 points importants pour avoir une discussion non-violente

Pour avoir une communication non-violente, c’est-à-dire une discussion qui permettra de garder un lien, une connexion avec son interlocuteur, malgré un souci, une incompréhension ou une frustration ; voici les étapes à respecter.

  • L’observation

La première étape est de pouvoir observer la situation telle qu’elle est. Prenons l’exemple d’un retard de la part d’une personne. Le fait est que vous attendez alors que l’autre individu n’est pas là.

  • Le sentiment

Cette observation, vous ne devez pas la garder pour vous mais l’exprimer à la personne concernée quand vous la verrez. Parlez-lui de la situation sans oublier de stipuler les sentiments que cela a suscité en vous : de la tristesse, de la peur, une inquiétude…

  • Le besoin

Suite à cette étape, faites-lui mention de manière claire de votre besoin. Généralement celui-ci est lié aux valeurs comme le respect, la clarté, l’amour… N’hésitez pas à dire ce dont vous avez donc besoin au fond de vous-même.

  • La demande

Terminez ce processus, en stipulant ce que concrètement, la prochaine fois, il pourrait faire pour éviter ce genre de désagrément.

Getty images

Ainsi, à la place de bouder dans votre coin, ne rien dire à propos de ce que vous ressentez de manière constructive, vous pouvez toujours essayer cette méthode. Elle vous permettra d’écouter l’autre ainsi que d’exprimer ce que vous ressentez ou avez besoin.

Evidemment, il n’est pas toujours simple de le faire du premier coup en étant sous le feu des émotions… C’est pourquoi, n’hésitez pas à laisser passer du temps avant de revenir aux 4 étapes avec votre interlocuteur.

La communication non-violente Partie 2

Le 6-8

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Retrouvez les conseils de Gilles Delvaulx et bien d’autres chroniques tous les jours de la semaine dans Le 6-8 sur la Une.

Sur le même sujet

Comment apprendre à mieux se connaître soi-même grâce aux autres ?

Le 6/8

Comment mieux relever ses défis ?

Le 6/8

Articles recommandés pour vous