RTBFPasser au contenu
Rechercher

Matière grise

Comment vivre plus longtemps en bonne santé ?

Vivre en bonne santé jusqu'à 120 ans ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

30 juin 2022 à 09:00 - mise à jour 30 juin 2022 à 09:11Temps de lecture3 min
Par Elisabeth Mol

Le rêve de la vie éternelle fait fantasmer l’homme depuis la nuit des temps. Sans aller jusqu’à promettre l’immortalité, certains chercheurs ont récemment fait des découvertes étonnantes sur le rôle de certaines protéines fabriquées par notre corps. Appelées sirtuines, elles pourraient avoir un effet positif contre le vieillissement, et cet effet serait multiplié lorsque nous jeunons. Alors, faut-il jeuner pour rallonger notre vie en bonne santé de plusieurs décennies ?

Le processus de vieillissement

Il est facile d’observer les effets de l’âge sur nous-mêmes ou sur les personnes de notre entourage : des rides apparaissent, les cheveux blanchissent… Mais que se passe-t-il exactement à l’intérieur de notre corps ? En fait, si notre corps vieillit, c’est parce que nos cellules vieillissent : à mesure qu’elles sont régénérées au cours de notre vie (une cellule mère fabriquant une cellule fille), nos cellules subissent de plus en plus d’erreurs de copies, en particulier dans l’ADN. Ce phénomène engendre des mutations génétiques, ce qui finit par les fragiliser. Cette fragilisation des cellules est liée au processus de vieillissement, qui peut aussi entraîner une plus grande sensibilité face aux maladies.

Heureusement, notre corps possède un atout important : grâce à des gènes bien spécifiques, il a la capacité de réparer l’ADN endommagé. Ces gènes produisent une certaine famille de protéines (des enzymes plus précisément) que l’on appelle les sirtuines. Lorsqu’elles sont présentes en suffisance, ces protéines vont aider à réparer notre ADN quand il est victime de mutations génétiques, et ainsi ralentir le vieillissement.

Longue vie aux vers

En découvrant les propriétés de ces protéines, les chercheurs ont décidé de s’y intéresser de plus près et ils ont mis au point une petite expérience pour mieux connaître leurs effets. Après avoir prélevé des gènes fabriquant des sirtuines, ils les ont multipliés puis ils les ont introduits dans les cellules d’un petit ver, appelé ascaris. Pour le dire autrement, ils ont en fait créé des ascaris génétiquement modifiés, bien mieux pourvus en sirtuine que les vers ordinaires. Résultat ? Ces vers dopés aux sirtuines ont vécu beaucoup plus longtemps : 50% de plus que les vers classiques !

Évidemment, l’idée de vivre jusqu’à 120 ans en bonne santé fait rêver. Mais encore faut-il vérifier si ce qu’il se passe pour les vers vaut aussi pour nous… Les chercheurs ont donc poursuivi leurs recherches.

Ils se sont notamment rendu compte que l’homme produit naturellement des sirtuines, et que ces protéines sont particulièrement produites dans certaines conditions. Entre autres en situation de restriction calorique… Qu’est-ce que cela veut dire ? En fait, c’est tout simplement quand nous avons faim, ou que nous nous trouvons en situation de jeûne intermittent. Dans ces cas-là, notre corps va produire plus de sirtuines, ce qui peut aider à nous maintenir en bonne santé.

Appât du gain ou véritable espoir ?

À force d’études, les chercheurs ont identifié deux " astuces " parmi d’autres pour optimiser la production de sirtuines en cas de jeûne intermittent : le premier, c’est qu’il doit durer 12 heures ; et le second, c’est qu’il vaut mieux jeûner la nuit que jeûner le jour. Ce qui signifie qu’en terminant votre repas du soir à 21 heures par exemple, il est conseillé d’attendre 9 heures du matin le lendemain pour prendre votre prochain repas.

Conscients du potentiel financier d’une telle découverte, certains scientifiques vont encore plus loin. Ils tentent de mettre au point des compléments alimentaires à base de sirtuines. Leur objectif ? Offrir aux consommateurs des compléments censés prolonger leur espérance de vie sans avoir besoin de s’affamer…

Toutes ces recherches n’ont pas encore donné lieu à des résultats fiables et définitifs. Il est difficile de savoir quel aboutissement elles auront : par exemple, on ne sait pas si la mise au point d’éventuels compléments alimentaires à base de sirtuines pourrait être efficace et si ces compléments ne pourraient pas générer des effets secondaires indésirables.

Quoi qu’il en soit, et même s’il faut se méfier des effets marketing qui peuvent les accompagner, ces recherches démontrent que les scientifiques travaillent d’arrache-pied sur le processus du vieillissement. Avec l’espoir, sait-on jamais, de le ralentir un jour…

Retrouvez Matière Grise sur Auvio ou en télé tous les mercredis (23h00) sur La Une.

Rediffusions les samedis (23h00) et dimanches (8h30) sur La Une.

Matière Grise, le magazine de la curiosité, qui fait réfléchir sans même y penser !

Sur le même sujet

Tout ce qu’il faut savoir sur le jeûne

La Grande Forme

Articles recommandés pour vous