Football

Complètement Foot - Clément Tainmont sur le Soulier d'Or de Paul Onuachu : "Il mérite son titre même s'il a été moins performant sur la deuxième partie de l'année"

Clément Tainmont sur le Soulier d'Or d'Onuachu : "Il mérite son titre même s'il a été moins performant sur la deuxième partie de l'année"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

13 janv. 2022 à 10:00Temps de lecture3 min
Par Complètement Foot

Ce mercredi soir s'est tenue la 68ème cérémonie du Soulier d'Or belge. Paul Onuachu, l'attaquant de Genk, a remporté le trophée, devancant les deux joueurs brugeois Noa Lang et Charles de Ketelaere. Chez les femmes, c'est Janice Cayman (Olympique Lyonnais) qui a été sacrée, un tout petit point devant Tessa Wullaert. L'équipe de Complètement Foot est revenue sur le sacre de l'attaquant genkois mais aussi les raisons pour lesquelles le trophée a échappé aux Brugeois.

Paul Onuachu sacré Soulier d'Or, une surprise ?

Paul Onuachu a remporté ce mercredi soir son premier Soulier d'Or. Auteur d'une fin de saison incroyable avec Genk l'année passée (qui avait terminé deuxième derrière le Club de Bruges), cette récompense n'est pas une surprise pour Pascal Scimè. "Sur ce qu’il a réalisé la saison dernière, c'est indiscutable. Il a atteint le cap des 30 buts. On ne doit pas se focaliser sur les derniers mois, où c’est un naufrage collectif de Genk. Il remporte le Soulier d'Or avec 330 points." Il complète en expliquant qu'il le doit principalement aux points qu'il a obtenus lors du premier tour du scrutin. Pour lui, le trophée a sans doute été perdu par les Brugeois avec la dispersion des points. "Elle coûte le Soulier d’Or à un Brugeois. Lang est deuxième à 61 points et De Ketelaere est à 62 points. C’était le scénario qui était escompté pour cette cérémonie. Il n’y a que les Brugeois qui pouvaient le perdre."

Notre consultant, Clément Tainmont, abonde dans le sens de Pascal Scimè, même s'il ne cache pas une légère déception de voir le titre échapper au brugeois Charles de Ketelaere. "Il ne faut rien enlever à toute la qualité et à l’omniprésence sur l’ensemble de la saison de Paul Onuachu qui le mérite aussi comme les autres." Malgré une petite baisse de régime en ce début de saison avec Genk, les chiffres du premier tour ont parlé. "Sur les statistiques du premier tour, il n’y a pas photo, il était au-dessus avec Genk. Sur sa deuxième partie d'année, on est un peu plus circonspect de voir ce trophée être attribué à Paul. Il mérite son titre même s'il a été un peu moins performant sur cette deuxième partie de l'année." 

Pascal Scimè conclut en parlant du plébiscite reçu par le joueur de Genk. C'est la deuxième fois qu'il finit devant Noa Lang"Lors du vote pour le titre de footballeur pro reçu l'année passée (ndlr : là ce sont les joueurs et les entraîneurs qui votent), les votes étaient unanimes. Ici, les journalistes ont épousé la même trajectoire que les footballeurs et les entraîneurs."

Loading...

Les frasques de Noa Lang lui ont coûté le trophée

Un autre joueur a fait parler de lui ce soir, c'est le dauphin du Soulier d'Or 2021, le Brugeois Noa Lang. Auteur de plusieurs frasques tout au long de l'année, ces dernières lui ont-elles coûté le trophée ?

Pour Pascal Scimè, pas de doute, cela a pesé dans la balance. "Les frasques de Lang lui ont coûté le Soulier d'Or. Il aurait dû mieux gérer les derniers matches, avoir 2-3 cartons jaunes en moins, et il aurait pu avoir ce titre." Il reprend même l'attitude exemplaire de Lewandowski lorsqu'il a appris qu'il avait perdu le Ballon d'Or. "II s’est épanché sur le sujet des semaines plus tard. Noa Lang a mis le feu au vestiaire de Bruges. Le nouveau coach va avoir du boulot, pas uniquement sur le terrain mais également au niveau mental." 

Du côté de Clément Tainmont, rien de surprenant dans l'attitude du joueur brugeois, qui s'est encore une fois illustré tout au long de la cérémonie. "Ce n’est pas son premier fait d’arme. Si on écarte les frasques, c’est le joueur le plus spectaculaire du championnat. Il est capable de faire plein de choses au niveau de l'explosivité, la vision du jeu. Il ne pense pas uniquement à lui, il fait souvent les bons choix. Mais pour l’instant, il ne retient pas les leçons." Il termine en ajoutant : "ces choses-là vont le rattraper, il faut essayer de faire la part des choses entre le joueur et l’homme. Mais le foot moderne ne différencie pas ce qui se passe sur le terrain et en dehors." 
 

Replays et vidéos "Complètement Foot", cliquez ici !

Loading...

Abonnez-vous à nos podcasts "Complètement Foot" !

Loading...

Sur le même sujet

12 buts en 7 matches, Paul Onuachu est en feu avec Genk : "Le ciel est notre limite"

Jupiler Pro League

Articles recommandés pour vous