RTBFPasser au contenu
Rechercher

Musique

Concert de Stromae : les photos et les impressions de Tipik

Stromae au Palais 12, le 22 février 2022
23 févr. 2022 à 10:46Temps de lecture2 min
Par Vincent Billaroch

Stromae a mis tout le monde d’accord hier au Palais 12 à l’occasion de son premier concert après 7 ans d’absence ! 

Au menu: ses anciens morceaux (qui font toujours autant de bien) et aussi, en avant-première, des morceaux de son nouvel album Multitude qui sort le 4 mars. 

Stromae au Palais 12, le 22 février 2022
Stromae au Palais 12, le 22 février 2022 Lydie Bonhomme

Le Palais 12 s’est rempli rapidement et le public de Stromae est sûrement le plus représentatif de la population belge : Flamands, Wallons, Bruxellois, toute la Belgique (ou presque) était à ce concert.

Les lumières de la salle s’éteignent, les 9.000 personnes hurlent, déjà rien que pour ce sentiment, le concert était réussi…

Des anciens hits… et des futurs classiques ! 

Ensuite, le show d’une heure débute avec un extrait inédit de son nouvel album. Un titre qui parle de prostitution et dans lequel Paul incarne le fils d’une prostituée: 

“J’suis un fils de pute comme ils disent, après tout ce qu’elle a fait pour moi, pardonne leur bêtise, ô chère mère, ils te déshumanisent, c’est plus facile !” 

Un texte poignant sur un rythme qui donne envie de danser… comme par hasard ! 

Stromae au Palais 12, le 22 février 2022

Autre titre de “Multitude”, un morceau qui revient sur la perception d’une journée. C’est simple: soit on se lève du bon pied et tout va bien, soit on se lève du pied gauche… et on va moins bien ! Un constat assez naïf que notre Polo a su magnifier avec sa plume, le tout dans un fauteuil qui bougeait sur scène.

“J’me sens si seul, laissez-moi, c’est mon droit d’être déprimé dans mon fauteuil”

Un peu stressé, Polo conclut ses nouveaux titres avec un "Bon ça va, c’était pas trop nul ?"
 

Spoiler alert : c’était pas nul du tout. Un des titres les plus impressionnants du show d’un point de vue interprétation, scénographie, émotion, c’est L’Enfer. Un moment suspendu dans le temps pendant lequel toute la foule est restée bouche-bée. 

Il enchaîne ensuite avec quelques classiques: Tous les mêmes, Formidable, Papaoutai, Quand c’est… Des titres qu’on a pu redécouvrir grâce à une scénographie encore jamais vue: 15 écrans géants sur bras robotisés qui nous en ont mis plein la vue tout au long du show.

Stromae au Palais 12, le 22 février 2022
Stromae au Palais 12, le 22 février 2022 Lydie Bonhomme

 

Un show avec des robots et de la 3D

En plus de ces 15 écrans qui nous ont presque fait basculer dans la science-fiction, on a pu découvrir Stromae… en 3D ! 

Dès le début du concert, on a été accueilli par un court métrage d’animation réalisé par le studio belge Nwave Studio qui a rythmé tout le concert. Un studio belge qui n’a pas du tout à rougir face à ses voisins américains de Pixar ou Dreamworks tant le rendu était bluffant.

On a pu rencontrer l’avatar 3D que Stromae avait partagé sur ses réseaux. Un avatar qui, à la fin du concert, est réapparu, face à un clavier, pour jouer quelques notes qui sont devenues cultes dans le monde entier… celles d’Alors on danse

Un titre qui clôture ce concert en beauté, 9.000 personnes qui dansaient, chantaient, bref… qui ont vécu un vrai beau moment d’échange avec un artiste qui a terminé le concert avec un sobre “Merci” avant que la salle soit à nouveau plongée dans le noir.

Mais quand y’en a plus… y’en a encore ! On attend impatiemment la sortie de “Multitude” le 4 mars pour découvrir l’intégralité de ce nouvel album. 

Stromae au Palais 12, le 22 février 2022
Stromae au Palais 12, le 22 février 2022 Lydie Bonhomme

Sur le même sujet

Stromae et la jalousie positive : 4 choses étonnantes qu’il nous a apprises sur son album

Musique

On a écouté l’album de Stromae : on vous dit tout sur "Multitude"

Musique

Articles recommandés pour vous