RTBFPasser au contenu
Rechercher

Politique

Concours en médecine : "Nous avons la garantie d’avoir le nombre de médecins dont nous avons besoin, ni plus, ni moins" assure Glatigny

L'invité de Matin Première: Valérie Glatigny

Un accord historique sur les numéros Inami

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le gouvernement de la Fédération Wallonie Bruxelles se penche aujourd’hui sur les numéros Inami des étudiants en médecine, après l’accord historique trouvé fin avril avec le gouvernement fédéral. La ministre de l’Enseignement supérieur de la Fédération Wallonie Bruxelles avait indiqué qu’elle déposerait d’ici la fin du mois le projet de décret instaurant le concours d’admission aux études de médecine et de dentisterie.

Invitée de Matin Première, Valérie Glatigny s’est félicitée de la confiance retrouvée avec le fédéral et précise : "Il était important que le nombre de numéro Inami corresponde à nos besoins sur le terrain".

Un accord historique

L’accord trouvé le 29 avril dernier est historique à deux égards pour la ministre Valérie Glatigny : "Nous avons la garantie maintenant d’avoir le nombre de médecins dont nous avons besoin, ni plus, ni moins. Je pense aussi que c’est historique parce que tous les étudiants qui sont dans le cursus auront la garantie d’avoir un numéro Inami à la sortie du cursus. Donc, c’est la garantie de pouvoir exercer leur profession".

Loading...

La nouveauté, précise encore la ministre de l’Enseignement supérieur, c’est que la FWB dispose désormais d’une objectivation des besoins sur le terrain.

Cet accord attendu de longue date précise qu’en échange d’une hausse du quota pour le sud du pays dès 2028, la FWB s’engage à instaurer un concours pour que le nombre de diplômes en médecine et dentisterie corresponde au nombre de numéro Inami déterminé par le fédéral.

L’horizon 2028

L’année passée, 1100 étudiants avaient réussi l’examen d’entrée en médecine et 127 en dentisterie. Ce nombre est appelé à diminuer. Le nombre de numéros Inami pour les médecins francophones diplômés en 2028, à l’issue de leurs 6 années de formation de base, a été fixé à 744, contre 505 actuellement.

Le premier concours du genre, une épreuve unique, sera organisé à la rentrée 2023. "Nous allons proposer de le mettre à la fin du mois d’août, ce qui permettra aux étudiants – quand ils sortent de sixième secondaire – de bien se préparer pendant les vacances. Et ceux qui n’ont pas réussi le concours, à se réorienter", précise la ministre. Ce laps de temps avant son entrée en vigueur effective est également motivé par "la solidité juridique" que doit revêtir ce concours.

Nouvelle méthode de calcul

À peine conclu fin avril, l’accord avait été vertement critiqué par la FEF, la Fédération des étudiants francophones, qui dénonçait l’instauration "d’un filtre social" de nature à favoriser "l’élitisme et l’entre-soi". La FEF pointait par ailleurs la pénurie de médecin.

Loading...

Finalement, c’est la méthode utilisée en Flandre qui a été retenue. "On a utilisé une nouvelle méthode de calcul pour pouvoir objectiver nos besoins sur le terrain et être certain cette fois que nous allions prendre en compte les spécificités en FWB et le taux d’activité réelle des jeunes médecins. Et on sait qu’en FWB par exemple, nous avons un grand nombre d’étudiants non-résidents", explique la ministre.

Cette espèce d’exode des numéros Inami sera pris en compte dans le calcul de la force de travail.

Et de poursuivre : "C’est une richesse mais c’est aussi un problème parce que certains vont être diplômés et partir avec leur numéro Inami. Donc ils ne contribuaient pas au renouvellement de la force de travail. Maintenant, cette espèce d’exode des numéros Inami sera pris en compte dans le calcul de la force de travail. Donc, nous avons la certitude que nous aurons bien le nombre de médecins dont nous avons besoin".

Cet été, l’ancien système sera encore d’application (deux épreuves seront organisées, en juillet et en août). Si le nombre de lauréats à ce dernier examen d’entrée est supérieur au nombre de quotas Inami défini pour 2028, la FWB résorbera cet excédent sur les trois prochaines années.

Sur le même sujet

L’examen d’entrée en médecine vit en 2022 sa dernière édition, avant sa transformation en concours

Belgique

Etudes de médecine : l'avant-projet de décret instaurant le concours d'entrée adopté en première lecture

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous