Sport

Conference League : 6 choses à savoir sur le PAOK Salonique, adversaire de La Gantoise

le public fanatique du PAOK

© AFP or licensors

10 mars 2022 à 06:01Temps de lecture3 min
Par Vincent Langendries

Ce jeudi les Buffalos de La Gantoise se rendent (18h45) à Thessalonique pour y affronter les Grecs du PAOK en 1/8e de finale aller de la Conférence League. Voici quelques infos utiles avant la rencontre sur l’adversaire des Gantois.

1. Deuxième club grec actuel

Le PAOK est actuellement 2e de la Super League grecque, à bonne distance du leader l’Olympiakos qui compte 12 points d’avance à l’issue de la phase classique du championnat. Des Play-offs (en 10 matchs aller-retour entre les 6 premiers) détermineront le champion et les places européennes. Comme La Gantoise, le PAOK est encore engagé sur 3 fronts puisqu’il doit encore disputer la demi finale de la coupe de Grèce face à l’Olympiakos précisément. Une coupe nationale qui avait été remportée la saison dernière par le PAOK face à… l’Olympiakos. Des clubs inséparables donc ces derniers temps.

2. Passé européen

Le meilleur résultat européen de ce club phare de la 2e plus grande ville de Grèce (après la capitale Athènes), est un 1/4 de finale de la Coupe des Coupes en 1974 (battu par l’AC Milan). Depuis l’Europe ne réussit guère aux Grecs qui retrouvent ce jeudi un stade de la compétition (1/8e de finale) qu’ils n’ont plus atteint depuis au moins 10 ans.

C’est aussi la 3e fois de son histoire que le PAOK rencontre un club belge en coupe d’Europe. Le FC Malines (avec Philippe Albert dans l’équipe) avait été accueilli avec un bon caillassage de bus en septembre 1991. Résultat un nul 1-1 et une élimination au match retour à Malines suite à une défaite belge 0-1. En 2010, en phase de groupe de l’Europa League, le FC Bruges avait réalisé deux partages face aux Grecs (deux fois 1-1) et avait, au final, fini dernier de son groupe.

Bilan : le PAOK en 4 matchs n’a jamais été battu par une équipe belge (1 victoire et 3 partages).

3. Attaches belges

On notera que dans le noyau actuel figure le Belgo-Marocain Omar El Kaddouri. Passé par les jeunes d’Anderlecht, Omar (31 ans) a surtout bourlingué en Italie (Brescia, Naples, Torino, Empoli) avant de s’établir dans ce club grec en 2017.

Cette saison, le milieu offensif a participé à 21 rencontres (dont 11 comme titulaire et surtout en Coupe d’Europe). Il a marqué 1 but (à Rijeka en Croatie lors du barrage pour accéder aux poules de l’Europa League). Blessé aux ischios en septembre, puis une rechute entre mi-décembre et mi-février, il revient peu à peu dans le coup.

Dans le passé Maarten MartensDimitri M’Buyu ont porté la vareuse des " Blancs et Noirs ". Sergio Conceicao y a joué aussi. Arie Haan ou Lazlo Boloni y ont également coaché.

Entraîneur roumain

Le coach actuel est Razvan Lucescu. Roumain de 53 ans, il a réalisé en 2019 le seul doublé (coupe/championnat) de l’histoire du club, avant de filer à Al Hilal (Émirats). Il est de retour depuis mai 2021 dans son club de cœur. Razvan Lucescu, qui a aussi dirigé par le passé l’équipe nationale roumaine, n’est autre que le fils de Mircea Lucescu, le coach du Dynamo Kiev, aujourd’hui à l’arrêt en raison des circonstances que l’on sait.

Un président armé et proche de Poutine

Ivan Savvidis, revolver à la poche, en mars 2018
Ivan Savvidis, revolver à la poche, en mars 2018 © AFP or licensors

Sulfureux président que celui du PAOK. Ivan Ignasevitch Savvidis est un homme d’affaires gréco-russe qui a fait fortune dans l’industrie du tabac. Proche de Vladimir Poutine, il est devenu en 2003 député russe à la Douma.

Président du club de foot de Rostov, il rachète en 2012 le PAOK Salonique et en devient le grand boss. Un patron un peu fou. Il a notamment marqué les esprits en mars 2018 pour être rentré sur le terrain, revolver à la ceinture, car furieux d’une décision arbitrale qui avait annulé un but en faveur de son club. Cette intervention de folie lui a valu 3 ans de bannissement en Grèce. En outre il vient d’être, pour ce même fait, condamné à 25 mois de prison avec sursis.

PAOK

Ce club a été fondé en 1926 par des réfugiés grecs venus de Constantinople. Le " P " pour Panthessaloníkios. Le " A " pour Athlitikós. Le " O " pour Ómilos. Et le " K " pour Konstantinoupolitón. Association sportive thessalonicienne des Constantinopolitains.

Un club réputé pour ses supporters, considérés parmi les plus fanatiques de Grèce. Les Gantois apprécieront certainement l’ambiance hostile, ce jeudi, dans le stade Toumbia (capacité 28.000 places).

Recevez chaque jour toutes les infos sportives

Chaque matin vers 11h30, recevez l’essentiel de l’information sportive.Et en cas d’événement sportif majeur, soyez les premiers informés par nos newsletters flash.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous