RTBFPasser au contenu
Rechercher

Santé & Bien-être

Confinement : on observe une consommation excessive d'alcool

Confinement : on observe une consommation excessive d'alcool
08 déc. 2020 à 06:00Temps de lecture2 min
Par RTBF Tendance avec AFP

Une étude menée par des chercheurs d’une unité de l’Université du Texas à Dallas s’est intéressée à la relation entre consommation dangereuse d’alcool et stress causé par la pandémie de Covid-19, et leurs travaux suggèrent la nécessité de mettre au point de nouvelles stratégies de prévention pour éviter à long terme de lourdes conséquences sur la santé.


Lire aussi : Coronavirus : près d’un Belge sur six s’est mis à boire de l’alcool


Les conséquences de la crise sanitaire, et plus particulièrement des mesures de distanciation sociale, sur la santé mentale et physique sont au cœur des préoccupations des autorités sanitaires et des professionnels de santé. Des scientifiques américains se sont penchés sur l’impact du confinement et du stress généré par une telle situation sur la consommation excessive d’alcool chez les adultes.

Une consommation abusive d’alcool associée au stress du quotidien généré par la crise sanitaire

Ils ont analysé les données provenant d’une enquête en ligne menée auprès de 1982 adultes américains de la mi-mars à la mi-avril, correspondant au premier confinement aux États-Unis. En fonction de leurs réponses, les participants ont été classés en tant que buveurs excessifs, buveurs non excessifs, et non-buveurs. Leurs réponses ont été mises en parallèle avec la durée de leur confinement, le nombre de personnes avec lesquelles ils vivaient, les épisodes de dépression traversés, ou encore certaines caractéristiques liées à leur emploi comme une baisse de salaire.

Publiées dans l’American Journal of Drug and Alcohol Abuse, leurs recherches mettent pour la première fois en évidence une consommation abusive d’alcool associée au stress du quotidien généré par la crise sanitaire, et davantage encore par le confinement.

Plus en détail, les scientifiques montrent que les probabilités d’une consommation dangereuse d’alcool chez les buveurs dits excessifs ont augmenté de 19% pour chaque semaine de confinement. Notons que par consommateurs excessifs d’alcool, les chercheurs entendent des hommes qui ont bu cinq verres ou plus en deux heures, et des femmes qui en ont terminé quatre ou plus.

Augmentation du nombre de verres par personne

Autre constat, pendant la pandémie, les buveurs excessifs ont consommé en moyenne quatre verres par occasion, comparativement à deux verres parmi les buveurs non excessifs. Les participants qui buvaient à des niveaux nocifs pouvaient même consommer jusqu’à sept verres en une seule occasion.

Les chercheurs ont également observé que le fait de passer son confinement avec des enfants réduisait le risque de se tourner vers l’alcool.

"Les recherches futures devraient tenir compte du potentiel des symptômes dépressifs agissant comme modérateur dans la relation entre le temps passé en confinement et la consommation excessive d’alcool", soulignent les auteurs de l’étude.

Si les chercheurs mettent eux-mêmes en évidence les limites de ces recherches, comme le fait qu’il s’agisse d’une enquête déclarative, ils considèrent malgré tout qu’il est nécessaire de mettre en place de nouvelles stratégies, notamment pour les personnes isolées à risque de consommation nocive d’alcool, pour limiter les conséquences sur la santé à long terme.

Sur le même sujet

La consommation excessive d'alcool fait perdre 1 an d'espérance de vie en moyenne

Santé physique

Le "Drunch", ce brunch pompette qui remplace les soirées

Cuisine

Articles recommandés pour vous