Monde

Conflit en Syrie : 17 morts en deux jours de heurts entre soutiens et adversaires du régime

© Belgaimage

27 juil. 2022 à 16:55Temps de lecture1 min
Par Belga, édité par Maud Wilquin

Au moins 17 hommes armés ont été tués en deux jours d'affrontements entre factions pro et antirégime dans la province à majorité druze de Soueida, dans le sud de la Syrie, a rapporté mercredi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dix loyalistes et sept combattants de l'opposition ont été tués après que des combats ont éclaté mardi dans deux villages de la province, a indiqué l'OSDH, qui dispose d'un réseau de sources sur le terrain. 

Plus de quarante personnes, dont des civils, ont également été blessées, selon la même source, qui avait fait état mardi de 10 morts et près de 20 blessés. 

La tension montait depuis lundi, après l'enlèvement de deux personnes proches des groupes d'opposition locaux. Les affrontements ont finalement pris fin mercredi lorsque les combattants antirégime ont encerclé le quartier général de la faction pro-Damas.

Les deux personnes enlevées ont été libérées, toujours selon l'OSDH. 

Des centaines d'habitants de Soueida se sont rassemblés sur une place publique pour célébrer le succès du groupe rebelle, selon des vidéos diffusées par le média local "Soueida 24". 

Le gouvernement syrien est présent dans le gouvernorat de Soueida par le biais d'institutions officielles et de centres de sécurité, tandis que l'armée est déployée à proximité du gouvernorat. 

La région connaît assez régulièrement des enlèvements et assassinats qui sont principalement le fait de bandes de malfaiteurs locaux. La contrebande, de drogue et d'armes notamment, est également florissante vers la Jordanie frontalière.

La province et la ville de Soueida, majoritairement druzes, sont restées relativement à l'abri des combats depuis le déclenchement de la guerre en Syrie en 2011, à l'exception d'attaques menées par les rebelles en 2013 et 2015 et d'un assaut du groupe djihadiste État islamique (EI) en 2018 ayant tué plus de 280 personnes.

Si certains membres de la communauté druze ont rejoint l'opposition au début du conflit, d'autres soutiennent toujours le régime. La communauté a misé sur la distanciation, menant un jeu d'équilibriste durant les 11 ans de guerre et portant les armes pour défendre ses régions.

Sur le même sujet

Syrie : 21 civils, dont des enfants tués, dans des bombardements

Monde Moyen-Orient

"Droit de suite" : l’acclimatation n’est pas toujours simple pour les mères et enfants rapatriés de Syrie

Belgique

Articles recommandés pour vous