Icône représentant un article audio.

Regions

Conflit en Ukraine: une amicale d'Yvoir-Anhée tente d'apporter soutien et réconfort

A Yvoir-Anhée, une amicale belgo-ukrainienne entretient des liens d'amitié avec un groupe de chanteuses de Lviv.
24 févr. 2022 à 14:10Temps de lecture1 min
Par Jean-Christophe Adnet

Depuis plus de 20 ans, l’amicale belgo-ukrainienne d’Yvoir-Anhée entretient des liens d’amitié avec un groupe de chanteuses de Lviv, une ville à l’ouest de l’Ukraine. Ce chœur se produit d’ailleurs tous les deux ans en Belgique. Les bénéfices de ces concerts sont reversés à des orphelinats locaux. Les objectifs de l’amicale d’Yvoir-Anhée sont donc autant culturels qu’humanitaires.

Mais aujourd’hui, avec les récentes attaques russes, Gerald Vande Walle, le responsable de cette amicale, est très inquiet pour ses amis ukrainiens et leurs familles. Il est informé de la situation sur place régulièrement par téléphone : "Je sens beaucoup de désarroi. Nous savons depuis longtemps que la situation en Ukraine est tendue mais là, c’est très clair, c’est une agression."

Avec son amicale, Gerald Vande Walle a proposé de l’aide humanitaire mais, pour l’instant, cela semble inutile. "Nos amis sur place nous disent qu’ils ont surtout besoin de soutien diplomatique, voire militaire, de la part des pays européens mais, évidemment, sur ce terrain-là, avec notre amicale, nous ne pouvons pas faire grand-chose, on se sent un peu impuissant." Alors, les membres de l’amicale apportent leur soutien moral, réconfortent par téléphone.

Certains aéroports ont été bombardés ; il y a eu des morts parmi les civils

Ce jeudi matin, quelques heures après les premières attaques, Gerald et sa femme ont d’ailleurs pris contact avec leur amie Marianna Khita, l’une des chanteuses ukrainiennes de Lviv. Elle témoigne : "On essaie de ne pas paniquer mais ce n’est pas facile. On habite près d’un aéroport et on sait que certains aéroports du pays ont été bombardés et qu’il y a déjà eu des morts parmi les civils."

Dans cette région de l’Ukraine, à la frontière polonaise, la situation est moins tendue qu’à l’est. Pourtant, certains habitants quittent tout de même la ville. "Il y a beaucoup de gens qui partent pour la campagne, poursuit-elle, on voit aussi des files immenses devant les stations d’essence, parfois d’un kilomètre. Devant les pharmacies, aussi."

Le mari de Marianna gère un magasin de sports et de matériel de camping. Là aussi, certains articles sont pris d’assaut : "Surtout les sacs de couchage et les sacs à dos, les gens se préparent à partir."

Pourtant, dans cette ville de Lviv, où vit Marianna, il n’y a pas encore de pénurie à déplorer. Mais si les vivres, du matériel venaient un jour à manquer, les membres de l’amicale belgo-ukrainienne sont prêts à se mobiliser.

L'amicale belgo-ukrainienne d'Yvoir-Anhée.

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Ukraine : des hélicoptères militaires russes survolent la périphérie de Kiev

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous