RTBFPasser au contenu
Rechercher

La Grande Forme

Conflit russo-ukrainien : comment parler de la guerre aux enfants ?

Comment parler de la guerre aux enfants ?

La guerre en Ukraine fait beaucoup parler d’elle : à la télévision, à la radio, sur les réseaux sociaux… Beaucoup d’informations et d’images circulent en continu, et peuvent s’avérer traumatisantes pour les enfants. Comment leur parler de la guerre ? Dr Barbara, médecin référente pour la Grande Forme nous donne quelques conseils pour y parvenir.

1. Prendre conscience du rôle de parent

A l’école, dans les médias, avec les copains… Inévitablement, les enfants vont entendre parler du conflit actuel. Ce climat anxiogène peut être difficile à vivre pour les enfants. Ils ne peuvent pas se substituer au rôle que les parents doivent avoir dans ce genre de situation. Le parent doit avoir un rôle d’interface entre les informations extérieures et la famille, pour protéger l’enfant.

2. Se rassurer avant de rassurer ses enfants

Comme nous sommes inquiets, inévitablement, les enfants vont absorber notre inquiétude. Il est donc important de prendre le temps de gérer notre stress. Pourquoi pas aussi, partager nos inquiétudes avec ses enfants : "Je sais que tu me vois inquiet, je vais t’expliquer pourquoi." C’est peut-être également le moment d’être dans l’extrême bienveillance et privilégier les moments câlins, passer plus de temps en famille.

2. Dialoguer avec ses enfants

Ne croyez pas que les enfants, aussi petits soient-ils – même en maternelle ou en primaire - n’entendront pas parler de ce conflit. Ce n’est pas parce qu’ils ne le comprennent pas, qu’ils ne ressentent pas l’anxiété ambiante et les inquiétudes des adultes. Les enfants sont des éponges émotionnelles. On ne s’en rend pas toujours compte, mais ils absorbent l’anxiété et entendent beaucoup plus de choses que ce que l’on imagine. Contrairement aux adultes, ils n’ont pas les clés pour décrypter et gérer leurs émotions.

Ecoutez ce que l’enfant ressent et expliquez-lui s’il a des questions en utilisant des mots adaptés à son âge. On peut directement demander aux enfants ce qu’ils ont entendu à ce sujet. Non pas : "Est-ce que la guerre te fait peur ?" parce que là, on installe un préjugé. Mais plutôt : "Qu’as-tu entendu à ce sujet ?" On peut lui expliquer, s’il le demande. On peut rassurer l’enfant en lui expliquant que les adultes font tout pour rétablir la paix et établir un dialogue entre l’enfant et l’adulte. On lui demande ce qu’il a compris et en fonction, on essaye de gérer et accueillir leurs peurs, s’il y en a.

Comment parler de la guerre aux enfants ?

La Grande Forme

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

4. Prendre de la distance avec les médias

Protégeons nos enfants en éteignant les médias. Il est important de laisser du répit aux enfants et ne pas continuellement alimenter la source de leurs peurs. On sait ce qui se passe, mais il faut se protéger et privilégier les moments ou l’enfant reste dans sa vie d’enfant. Ce n’est pas parce qu’il y a une guerre qu’on ne peut plus avoir de joies.

5. Etre attentif aux signes d’anxiété

Un enfant peut ne pas comprendre la guerre. Cela peut même lui arriver de jouer à la guerre dans la cour de récréation, avec ses copains. Il faut lui expliquer la distinction entre le jeu et la guerre réelle. Par ailleurs, l’enfant a pu voir des images qui lui ont fait peur et qui peuvent susciter des angoisses. Il faut rester attentif à ces signes d’anxiété, qui peuvent ne pas être exprimés : des cauchemars, il mange moins… Un enfant n’osera peut-être pas parler de ses peurs. Et plus ils sont petits, moins ils vont savoir mettre des mots sur leurs peurs.

6. Impliquer l’enfant

Profitez de ce moment pour expliquer aux enfants qu’il y a les "bons" et les "méchants", mais qu’on va tout faire pour alléger les souffrances et semer la paix à son niveau. On peut essayer de l’impliquer en lui disant : "On a trois chambres dans notre maison, tu sais ce qu’on va faire ? On va accueillir une famille" ou : "On va aller faire un don." Invitez les enfants à promouvoir la paix et parler leur de votre volonté d’aider. "Trouvons dans le négatif ce qu’il y a de positif pour inculquer aux enfants l’idée qu’il y a moyen de contrer, à son niveau, le négatif" termine le Dr Barbara.

Retrouvez "La Grande Forme" en direct du lundi au vendredi de 13 heures à 14h30 sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio ainsi que sur différentes plateformes de Podcast.

Loading...

Sur le même sujet

87% des enfants regardent trop les écrans avant de dormir

Sommeil

"L’érotomanie" : quand l’amour tourne littéralement à la folie !

La Grande Forme

Articles recommandés pour vous