RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde

Confusion autour du satellite iranien Khayyam lancé par la Russie : l'Iran se félicite du succès du lancement

Explosion du satellite iranien Khayyam lancé par la Russie. Photo d’illustration.
09 août 2022 à 06:19 - mise à jour 09 août 2022 à 09:27Temps de lecture2 min
Par Africa Gordillo

Le satellite iranien lancé par la Russie a explosé en vol. C'est du moins ce que communiquait l'AFP ce mardi matin. Mais l'information a été démentie quelques instants plus tard par l'agence elle-même et par l'agence de presse iranienne qui qualifie le lancement de succès.

La Russie a procédé à la mise en orbite ce mardi d’un satellite iranien d’observation dont le lancement suscite des inquiétudes, certains responsables occidentaux craignant que Moscou ne l’utilise pour soutenir son offensive en Ukraine, ce que réfute Téhéran.

Le lancement du satellite de télédétection Khayyam par une fusée Soyouz était prévu tôt ce matin du cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan, selon l’Agence spatiale russe (Roscosmos).

"Surveiller les frontières du pays",

Ce satellite, nommé en l’honneur du poète et savant persan Omar Khayyam (1048-1131), a notamment pour but de "surveiller les frontières du pays", d’améliorer la productivité agricole, de contrôler les ressources hydriques et les catastrophes naturelles, selon l’Agence spatiale iranienne.

Pour les États-Unis, le programme spatial iranien est destiné à des fins militaires plus que commerciales, tandis que Téhéran maintient que ses activités aérospatiales sont pacifiques et conformes à une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU.

Loading...

Cette fois, les autorités iraniennes ont cependant dû se défendre d’accusations de type différent, après que le quotidien américain The Washington Post a rapporté que la Russie "envisage d’utiliser le satellite pendant plusieurs mois" dans le cadre de son offensive en Ukraine avant d’en céder le contrôle ensuite à l’Iran.

"Tous les ordres liés au contrôle et à l’opération de ce satellite seront émis dès le premier jour et immédiatement après le lancement par des experts iraniens basés au ministère des Communications iranien", a affirmé dimanche l’Agence spatiale iranienne dans un communiqué.

Accusations "fausses"

"Aucun pays tiers ne peut accéder aux données" envoyées par le satellite via un "algorithme de cryptage", a-t-elle assuré, en dénonçant des affirmations "fausses" du journal américain. En octobre 2005, la Russie avait déjà lancé le premier satellite iranien, Sina-1, depuis le cosmodrome de Plessetsk (nord-ouest de la Russie).

Le lancement du Khayyam va avoir lieu trois semaines après une visite du président russe Vladimir Poutine en Iran où il a rencontré le 19 juillet son homologue Ebrahim Raïssi et le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei. Ce dernier avait appelé à renforcer la "coopération sur le long terme" avec la Russie.

En juin 2021, le président russe avait réfuté des informations du Washington Post affirmant que Moscou s’apprêtait à fournir un satellite sophistiqué à l’Iran pour améliorer ses capacités d’espionnage.

Sur le même sujet

Nucléaire : L’Iran dit avoir répondu à la proposition d’accord de l’UE

Monde

167e jour de guerre en Ukraine: explosions près d'un aérodrome en Crimée, 89 millions de dollars américains pour déminer le pays

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous