Vivre Ici

Connaissez-vous la BAPA ? Ces passionnés qui restaurent et préservent le patrimoine aérien belge

La BAPA restaure des avions belges à Gembloux

© Capture d’écran Canal Zoom

Ils sont tous passionnés d’aviation et souhaitent conserver le patrimoine aéronautique belge. Les membres de la BAPA (Belgian Aviation Preservation Association) s’occupent de remettre en état différents modèles d’avions ayant marqué le ciel belge.

Depuis plus de 30 ans, les férus d’aviation que sont les membres de l'asbl BAPA ont pour objectif de préserver un maximum de spécimens aéronautique qui ont été utilisés dans notre espace aérien. Il s'agit d'avions en bois antérieur au second conflit mondial, comme d'un bombardier américain B-25 (de 1944)  ou d'appareils utilisés par notre force aérienne sur la seconde moitié du 20ème siècle.

Loading...

Dans un hangar de Gembloux, ils accumulent des pièces : du simple petit rivet à la tourelle, gros morceau de carlingue voir une aile. C’est un travail de (très) longue haleine mené par ces passionné.e.s de l’aéronautique belge. Et les membres de la BAPA en sont déjà à leur 40ème avion : un Auster AOP.6 VT987 (G-BKXP). Un modèle produit en Angleterre, commandé par l’armée belge après la seconde guerre mondiale et utilisé par la Gendarmerie afin de surveiller des manifestations et les autoroutes.

"C’est un petit avion, en partie restauré, qui est dans nos cordes. Alors on y va !", s’exclame Vincent Jacobs le secrétaire de la BAPA, au micro de Canal Zoom. Racheté en Angleterre, il est arrivé en plusieurs morceaux jusqu’à Gembloux. Après son déchargement dans l’entrepôt, l’avion va être analysé par les mécaniciens, dans le but de repérer les pièces manquantes ou qui sont déjà stockées par l’association.

Découvrez le reportage de Canal Zoom sur le 40ème avion de la BAPA :

Car, une grande diversité de pièces détachées est entreposée à Gembloux. Pour redonner vie à ces reliques, il faut être patient et surtout saisir un maximum d’opportunités tant le nombre de pièces et d’heures à passer sur une seule restauration est titanesque. Qu’ils soient en bois ou métalliques, chacun de ces appareils demande des années de travail pour les restaurer le plus fidèlement possible.

A l’instar du War Heritage Institute avec son site du Musée Royal de l’Armée et d’Histoire Militaire (au Cinquantenaire à Bruxelles), l’association espère aussi pouvoir montrer sa collection au public. Actuellement, leur local ne permet pas un espace suffisant pour exposer correctement la flotte.

Si vous souhaitez vous investir dans la BAPA, un certain niveau de connaissances et/ou une expérience dans l’aéronautique est nécessaire. Et pour simplement voir ces ancêtres volants, la BAPA est à retrouver dans les évènements liés à l’aéronautique ou lorsqu’ils organisent des visites de leur hangar.

Loading...

Inscrivez-vous à la newsletter Vivre Ici!

Chaque semaine, recevez toutes les infos locales, utiles et pratiques et les bons plans de votre région.

Articles recommandés pour vous