RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde

Contestation au Canada: des "blocages inacceptables" pour Trudeau, la police d'Ottawa durcit le ton

09 févr. 2022 à 22:00Temps de lecture3 min
Par AFP

Des "blocages inacceptables" qui menacent l'économie et doivent prendre fin: le Premier ministre Justin Trudeau est de nouveau monté au créneau mercredi contre les manifestants anti-mesures sanitaires qui bloquent depuis bientôt deux semaines les rues de la capitale canadienne Ottawa, où la police a menacé de sévir.

"Les blocages, les manifestations illégales sont inacceptables" et ont "un impact négatif pour nos commerces, nos manufacturiers", a déploré le chef du gouvernement devant les députés.

"Nous devons tout faire pour y mettre un terme", a martelé M. Trudeau, n'offrant toutefois aucune voie de sortie de crise politique alors que dans les rues d'Ottawa, occupées depuis fin janvier, la tension est montée d'un cran.

Pour la première fois, la police a adressé un message par communiqué aux manifestants, les informant qu'ils pouvaient dorénavant être arrêtés. Mardi, la police avait fait état de 23 arrestations depuis le début du mouvement.

"Nous vous avisons que quiconque bloque les rues ou aide d'autres personnes à les bloquer pourra être poursuivi" et "est susceptible d'être interpellé", a prévenu la police, précisant que des véhicules pourraient être également saisis.

Pont bloqué

Outre les rues de la capitale fédérale Ottawa, les chauffeurs routiers et leurs soutiens veulent frapper l'économie en paralysant certaines voies commerciales essentielles.

Et le blocage, depuis lundi, du pont Ambassador à la frontière avec les Etats-Unis inquiète autorités et milieux économoniques, car si Ottawa est un symbole fort, ce n'est pas une capitale économique.

Ce pont suspendu, qui relie l'Ontario à Detroit, aux Etats-Unis, est crucial pour l'industrie automobile mais aussi pour les hôpitaux américains qui emploient de nombreuses infirmières canadiennes.

"Le blocage met en danger les chaînes d'approvisionnement, l'industrie automobile, parce que ce pont est un canal-clé", a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki.

Près de 2,5 millions de camions empruntent le pont Ambassador chaque année. Plus de 25% des marchandises exportées entre les Etats-Unis et le Canada y transitent.

Selon le gouvernement du Canada, près de 5.000 travailleurs d'usines situées à Windsor, ville canadienne nichée près de Detroit, ont été renvoyés chez eux en raison "des actions criminelles" des manifestants.

"Lorsque ce type de blocus est un frein pour la croissance économique, la production de biens... le gouvernement fédéral doit intervenir", estime de son côté Gilles Levasseur, professeur d'économie à l'Université d'Ottawa."

Manifestations de camions au Canada - Etat d urgence décrété à Ottawa

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

A l'heure actuelle, nous ne voyons pas la volonté politique d'aller dans cette direction pour réellement faire face au blocus", ajoute-t-il.

"Les blocages aux frontières canadiennes menacent des chaînes d'approvisionnement fragiles qui sont déjà sous pression en raison des pénuries et retards liés à la pandémie", a condamné auprès de l'AFP Brian Kingston, président de l'Association canadienne des constructeurs de véhicules, exigeant la fin des protestations.

"Abandon de toutes les restrictions"

Dans les rues d'Ottawa, quelque 400 poids lourds étaient toujours installés sur la colline parlementaire et sous les bureaux de Justin Trudeau, sans intention d'en partir.

Des manifestants ont sortis des barbecues en pleine rue, d'autres jouent au foot. Des bidons d'essence, qui servent à ravitailler les camions en continu, sont disposés çà et là Et un hélicoptère de la police fédérale survole les lieux, a constaté une journaliste de l'AFP.

Les responsables politiques "commencent à enfin comprendre", s'enthousiasme auprès de l'AFP Mark Harrigan, ouvrier ontarien de 63 ans, galvanisé par les mesures de levée du passeport vaccinal annoncées mardi dans les provinces de l'Alberta et la Saskatchewan. "Avec un peu de chance, ils vont s'en tenir à leur engagement et laisser tomber définitivement les mesures", ajoute-t-il.

La Saskatchewan et l'Alberta (centre) ont en effet annoncé renoncer au passeport vaccinal, estimant que "les avantages ne l'emportent plus sur les coûts".

Casquette "Canada" sur la tête et drapeau à la feuille d'érable sur les épaules, Mark Harrigan estime que les mesures ont déjà causé des "dégâts", qui seront là "pendant des années et des années".

Mais pour que le mouvement s'arrête, il faut que "toutes les obligations (liées au Covid-19, ndlr) au Canada soient abandonnées", renchérit Goran Dzelajlija. Ce Canadien de 50 ans originaire de l'Ontario, doublement vacciné, dort et mange dans son camion depuis le début du mouvement.

Initialement baptisé "convoi de la liberté", ce mouvement canadien visait à l'origine à protester contre la décision d'obliger les camionneurs à être vaccinés pour franchir la frontière avec les Etats-Unis. Mais il s'est rapidement transformé en mouvement contre les mesures sanitaires dans leur ensemble et contre le gouvernement.

Depuis, il a fait tache d'huile à l'étranger: les manifestants canadiens sont devenus les nouveaux héros des conservateurs et des opposants aux restrictions, qui appellent à amplifier la mobilisation, de New York à la Nouvelle-Zélande.

Sur le même sujet

Convoi de la liberté : la police reprend progressivement le contrôle du centre d'Ottawa

Monde Amérique du Nord

La police d'Ottawa menace par tract les manifestants d'arrestation

Monde Amérique du Nord

Articles recommandés pour vous