Icône représentant un article video.

Regions

Contrôler les billets sur le quai plutôt que dans le train : une façon de lutter contre les agressions des contrôleurs

Ce jeudi matin à la gare de Bruxelles-Midi, les billets des passagers ont été vérifiés sur le quai plutôt que dans le train. Une action des contrôleurs lancée depuis le début d’année afin de parler des agressions qu’ils subissent régulièrement à bord. L’objectif est notamment de dissuader les fraudeurs d’embarquer sans billet valable à bord d’un train.

"On constate que la moitié des agressions envers notre personnel dans le train est due aux discussions autour du fait de ne pas avoir un titre de transport valable. Ces discussions peuvent devenir agitées voire agressive. On veut vraiment garder ce type de discussion en dehors du train", explique Elisa Roux, la porte-parole de la SNCB. Du côté des passagers, ces contrôles ont un peu surpris, mais ils sont plutôt bien accueillis.

Les agressions d’accompagnateurs de train se sont multipliées l’an dernier. Des contrôleurs qui n’ont pas les compétences des agents de Securail pour faire face à des passagers dont l’agressivité augmente. Pour Hendrik Vanderkimpen, responsable de la sécurité à la SNCB, "l’endurcissement de la société est vraiment visible aussi au sein des transports en commun. À la SNCB, nous avons constaté en 2022 presque 2000 agressions sur notre personnel". Une augmentation de près de 60% par rapport à 2019, dont 4 cas sur 10 avec coups et blessures.

À noter que les jours où ces contrôles aléatoires sont organisés, la SNCB enregistre une hausse de 40% de la vente de tickets dans la gare concernée. Les voyageurs fraudeurs se sentant obligés d’acheter un billet avant de monter dans leur train.
 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous