"Convoi de la liberté" à Bruxelles : la police rappelle que les manifestations de véhicules sont interdites et déconseille la capitale lundi

12 févr. 2022 à 13:47 - mise à jour 12 févr. 2022 à 15:17Temps de lecture1 min
Par Paul Verdeau avec Agence

Dans un communiqué conjoint, les autorités de la police fédérale et bruxelloise ont rappelé l’interdiction du mouvement qui se fait appeler  "convois de la liberté" à Bruxelles entre samedi et mardi matin, rappelant que cette interdiction, décrétée par la Région et la Commune de Bruxelles, pourrait être prolongée. Dans les faits, aucun véhicule ne pourra manifester dans le centre de Bruxelles, alors que le "convoi de la liberté" avait annoncé son intention de le faire ce lundi 14 février.

La police a toutefois rappelé que "les conducteurs qui souhaitent manifester avec leur véhicule peuvent le faire à un endroit spécialement désigné, le parking C du Heysel (Brussels Expo)".

Elle conseille aux automobilistes d’éviter la région et le Ring ce lundi, car la circulation en direction de la capitale fera l’objet d’une surveillance. Dans les faits, les agents feront d’abord un travail de sensibilisation auprès des automobilistes avant de contrôler ceux qui voudront mener des actions sur les autoroutes ou dans l’enceinte de la ville.

Outre le possible remorquage de véhicules, l'entrave malveillante à la circulation est passible de peines de prison pouvant aller jusqu'à 10 ans, voire plus si les actes entraînent une incapacité de travail.

Les actes de rébellion contre la police sont passibles d'une peine d'emprisonnement de 6 mois maximum, qui peut aller jusqu'à 10 ans en cas de circonstances aggravantes. Frapper un policier augmente la peine maximale à un an d'emprisonnement, qui est assortie d'une amende de 2.400 euros. La peine d'emprisonnement peut atteindre 15 ans en cas de circonstances aggravantes, telles que la préméditation.

 

Sur le même sujet

Convois dits "de la liberté" : la police rouvre les accès à Bruxelles

Belgique

Après Paris, une partie du mouvement dit "Convois de la liberté" en direction de Bruxelles: ils veulent échapper aux contrôles

Coronavirus

Articles recommandés pour vous