RTBFPasser au contenu
Rechercher

Coronavirus

Convois dits "de la liberté" au Canada : la police se déploie en masse dans les rues à Ottawa

17 févr. 2022 à 18:39Temps de lecture2 min
Par Belga

La police s'est déployée en masse jeudi matin dans les rues d'Ottawa, occupées depuis bientôt trois semaines par des manifestants anti-mesures sanitaires qui refusent de partir, une contestation qui n'a plus rien de "pacifique" selon le Premier ministre.

Pour la première fois depuis le début du mouvement, des centaines de policiers se sont positionnés face aux contestataires et aux camions qui bloquent les rues, a constaté une journaliste de l'AFP. De grandes grilles et des barricades ont été par ailleurs montées par les forces de l'ordre afin de protéger les bâtiments du Parlement.

La police a averti les manifestants qu'ils devaient quitter les lieux "immédiatement". Quelque 400 camions sont toujours installés dans les rues du centre-ville d'Ottawa et plusieurs ont retiré les pneus de leur véhicule pour les rendre plus difficiles à enlever.

A quelques mètres de là, le Premier ministre Justin Trudeau a estimé que cette contestation n'avait plus rien de "pacifique", dans son allocution lors d'un débat historique à la Chambre des communes portant sur la mise en oeuvre de la loi sur les mesures d'urgence.

"L'objectif de toutes les mesures, y compris les mesures financières prévues dans la loi sur les mesures d'urgence, est de faire face à la menace actuelle et de maîtriser pleinement la situation", a ajouté Justin Trudeau.

Dans une lettre adressée aux Premiers ministres des provinces mercredi soir, il avait estimé que le mouvement "menaçait la démocratie" et minait "la réputation du Canada à l'étranger".

Ils essaient de faire peur aux gens pour éviter qu'ils ne viennent ce week-end

Les manifestants, déterminés à rester "jusqu'à la fin", avaient reçu mercredi un ultimatum des forces de l'ordre, qui ont fait le tour des camions pour distribuer un tract leur intimant l'ordre de "quitter les lieux".

"Ils essaient de faire peur aux gens pour éviter qu'ils ne viennent ce week-end", a commenté auprès de l'AFP le camionneur Kevin Veurink, 39 ans, réagissant à l'installation de ces barricades autour de l'enceinte parlementaire.

Etat d'urgence

Le mauvais temps, pluie ce matin et neige attendue dans l'après-midi pourrait compliquer les opérations de la police, qui est confrontée à une situation complexe et périlleuse pour déloger les manifestants des rues d'Ottawa sans heurts. Elle craint notamment la présence d'"éléments radicaux" mais aussi de nombreux enfants dans la manifestation, y compris des bébés.

La ville d'Ottawa, la province de l'Ontario et le Canada en entier sont sous un état d'urgence en raison de ce mouvement de contestation sans précédent, parti de l'opposition des camionneurs à se faire vacciner contre le Covid-19 pour franchir la frontière entre le Canada et les Etats-Unis.

Sur le même sujet

Après 24 jours de manifestations, la police reprend le contrôle d'Ottawa

Monde Amérique du Nord

Convoi de la liberté : la police reprend progressivement le contrôle du centre d'Ottawa

Monde Amérique du Nord

Articles recommandés pour vous