Climat

COP26 : la Belgique va-t-elle rester paralysée par l’absence d’accord entre les Régions ?

Alexander De Croo, visage de la Belgique à la COP26. Derrière lui, les ministres de l’Environnement du Fédéral et des Régions doivent encore s’entendre.

© PHIL NOBLE / POOL / AFP

Temps de lecture
Par Daniel Fontaine avec Sophie Brems

La COP26 de Glasgow, c’est aussi une affaire belgo-belge. Notre pays y est représenté par le Premier ministre fédéral Alexander De Croo, mais dans son sillage se trouvent quatre ministres de l’Environnement, du Fédéral et des trois Régions, compétentes pour les questions économiques et environnementales.

Notre pays risque de ne pas pouvoir présenter à la COP un accord climat finalisé. En cause : les négociations sur la répartition des objectifs belges n’ont toujours pas abouti. La Coalition Climat, qui rassemble 80 organisations belges, attend à présent que le Premier ministre siffle la fin de la récréation. "On s’adresse à lui en tant que capitaine de l’équipe belge", explique Rebecca Thissen, chargée de recherche au CNCD.

Une demi-heure avec le Premier ministre

Avec des représentants de la Coalition, elle a rencontré ce lundi Alexander De Croo et la ministre fédérale de l’Environnement Zakia Khattabi. Le Premier ministre s’est ainsi mis un moment à l’écoute de ceux qui sont descendus massivement dans les rues ces derniers mois. La Coalition avait en effet demandé cette rencontre depuis la marche du 10 octobre qui avait rassemblé des dizaines de milliers de personnes à Bruxelles.

Le Premier ministre n’a pu leur accorder qu’une demi-heure. Le temps a donc manqué pour évoquer les recommandations détaillées des ONG pour la COP26. La Coalition se félicite néanmoins d’avoir enfin pu parler directement au Premier ministre en ce moment clé.

Le partage du fardeau

"Ce n’était plus arrivé depuis très longtemps", relève Rebecca Thissen. "On est très content d’avoir pu le rencontrer, même si on n’a pas reçu d’engagement concret. Sur le fond, on reste avec beaucoup de questions. La Belgique et ses Régions seront-elles capables de s’accorder sur l’ambition climatique ? Et la Belgique va-t-elle se montrer solidaire avec les pays en développement comme promis, et à quelle hauteur ?"

L’objectif belge a été défini au niveau européen : une réduction de 47% des gaz à effet de serre (par rapport à l’année de référence 1990) d’ici 2030. Le point d’achoppement reste la question de la répartition de ces réductions (le "burden sharing") entre les trois Régions et le Fédéral. Le précédent accord de coopération sur cette répartition, pour la période 2013-2020, avait demandé huit années de négociations !

La Belgique n’est pas outillée pour répondre aux exigences européennes ou internationales. Soit elle est muette, soit elle est en retard, soit elle bloque

"Le problème est récurrent, s’impatiente Rebecca Thissen. La Belgique n’est pas outillée pour répondre aux exigences européennes ou internationales. Soit elle est muette, soit elle est en retard, soit elle bloque. Nous qualifions de malgouvernance climatique cette incapacité à dépasser les blocages. On s’enlise dans des discussions avec des rapports de force malsains."

Blocage flamand

Ce manque de fluidité provoque des retards dans la prise de décisions, alors qu’il y a urgence. "Dans les faits, la Belgique est systématiquement à la traîne", remarque la chargée de recherche du CNCD. "Nos émissions stagnent depuis plus de 5 ans. Nous sommes considérés comme le pire élève de l’Union européenne avec la Bulgarie. Nous avons été condamnés en justice parce que nos politiques climatiques violent les droits humains. J’entends l’optimisme affiché par Alexander De Croo. C’est son rôle. Nous sommes plus sceptiques que lui."

Pour la Coalition Climat, il est temps de durcir le ton vis-à-vis de la Région qui bloque les discussions, à savoir la Flandre. Seul le Premier ministre peut prendre le leadership et mettre fin aux chamailleries et aux tergiversations. "Son parti, l’Open VLD, siège tant au fédéral qu’au gouvernement flamand", relève Rebecca Thissen. Mais elle se demande si "la Flandre va bouger suffisamment rapidement pour permettre un accord intrabelge" avant la fin de la COP.

Alexander De Croo minimise le problème

"Cette question de la répartition n’est pas vraiment cruciale", oppose Alexander De Croo au micro de l'envoyée spéciale de la RTBF à Glasgow. "Ce qui est important, c’est que l’ambition européenne d’une diminution de 55% (des gaz à effet de serre), tout le monde en Belgique y souscrit. Je vois que tous les gouvernements, y compris le gouvernement flamand, ont une grande ambition. La Flandre a posé des actes ces derniers mois qui montrent qu’elle partage cette ambition. Le détail de savoir comment on répartit entre nous, de mon point de vue, ce n’est pas tellement important."

Quelle solidarité avec le Sud ?

L’inquiétude des ONG porte également sur l’absence d’accord belgo-belge sur la question de la solidarité avec les pays en développement. L’accord précédent en la matière a, lui aussi, expiré en 2020.

"On ignore quelle somme la Belgique est prête à consacrer à cette solidarité, s’alarme Rebecca Thissen. C’est un signal extrêmement négatif. Cet équilibre était prévu dans l’accord de Paris : les pays les plus riches sont les plus responsables du changement. C’est une forme de compensation de la dette accumulée. En son absence, on risque de rompre la confiance, sans laquelle la COP ne pourra être un succès. Ce n’est pas une question de générosité ou de charité, c’est un élément fondamental de la négociation climatique. Les pays les plus pauvres pourraient bloquer les négociations s’ils ne voient pas se concrétiser l’aide promise par les pays les plus riches."

"Moment charnière"

Les prochains jours seront donc cruciaux. Pour Rebecca Thissen, "on se trouve à un moment charnière. On attend la COP depuis un an et demi. Le retard s’accumule. La Belgique qui se vante de son appui au multilatéralisme devrait mettre du concret derrière ses engagements. Et mettre la main au portefeuille."

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous