Climat

COP26 : seulement 3% des cours sont consacrés au climat et à l’environnement dans nos universités

Seulement 3% des cours sont consacrés au climat et à l’environnement dans nos universités. Photo d’illustration

© Getty Images

09 nov. 2021 à 15:36Temps de lecture3 min
Par Africa Gordillo

Les universités belges intègrent-elles suffisamment le climat et l’environnement dans leurs filières d’enseignement alors qu’ils sont pourtant des enjeux majeurs comme en atteste la diplomatie en action à Glasgow pour la COP26 ? Pour répondre à cette question, le projet Education4Climate s’est notamment penché sur l’offre d’enseignement des universités belges. Il ressort que seulement 3% des cours y sont consacrés à l’université, partiellement ou exclusivement. Ces cours sont désormais répertoriés sur le site education4climate.be.

Un enseignement déterminant dans le choix de l’université

L’enquête s’est réalisée en deux temps. Une enquête en ligne auprès de 600 étudiantes et étudiants universitaires a d’abord été réalisée en Belgique. "Nous avons été extrêmement choqués par les résultats", confie l’un des chercheurs bénévoles des Shifters et chef du projet Education4Climate, François Collard. "La toute grande majorité des jeunes interrogés sont en effet très inquiets au sujet du changement climatique, confirmant les résultats d’une étude en preprint publiée sur le site de la revue médicale The Lancet".

L’enquête met aussi en évidence que 87% des étudiants estiment que les enjeux climatiques doivent être enseignés dans les universités belges, et pour une majorité d’entre eux, la possibilité de suivre ce type d’enseignement est un élément déterminant dans le choix d’une université.

​​​​​​​Un algorithme en action

Mots repérés par l'algorithme du projet Education4Climate

Dans un deuxième temps, le projet Education4Climate s’est interrogé sur le contenu des cours dispensés à l’université. L’équipe a développé un algorithme qui analyse le contenu des pages de cours proposés sur les sites internet des universités, avec l’objectif de repérer s’ils traitent des enjeux climatiques et environnementaux qui répondent aux objectifs de développement durables des Nations Unies.

Pour y arriver, un dictionnaire de 200 mots liés au climat et à l’environnement a été associé à l’algorithme. Dès qu’un de ces mots est utilisé, le cours est référencé.


►►► À lire : Dérèglement climatique, comment mieux informer les enfants à l’école et à la maison ?


50.000 cours dispensés dans les universités belges pendant l’année académique 2020-2021 ont ainsi été automatiquement passés au crible. Il en ressort que seulement 3% traitent de ces enjeux, exclusivement ou partiellement. La majeure partie de ces cours est donnée dans les facultés de sciences ou sciences appliquées (60%), de sciences économiques (15%), de sciences humaines et de droit (15%) et de médecine (moins de 5%). Au niveau des formations, un Master ou Bachelier sur 7 traite des enjeux climatiques et environnementaux.

Aller de l’avant

Le résultat de cette enquête est disponible sur le site Education4Climate qui répertorie désormais les cours des différentes universités belges centrés en tout ou partie sur le climat et l’environnement (ici). On y découvre que deux universités flamandes, la KULeuven et l’UGent, présentent une longue liste de cours dédiés à ces matières. Mais il s’agit de deux grandes universités, la plus grande du pays même pour la KULeuven avec ses quelque 59.000 étudiants. D’ailleurs, l’objectif du projet d’Education4Climate n’est pas de proposer un classement des universités.

A l’ULB, une réflexion est enclenchée sur la nécessité d’adapter ou d’étoffer les programmes de cours dans ce sens. "La volonté de l’Université Libre de Bruxelles est d’intégrer de manière structurelle ces notions dans les filières, avec une transversalité dans l’approche. Quelques facultés commencent à le faire. D’autres démarches sont également entreprises comme celle de l’Ecole polytechnique de Bruxelles de nommer un vice-doyen à la Transition (Alessandro Parente, ndlr)".


►►► À lire : La COP26 en "déficit de crédibilité" ? Climate Action Tracker pointe l’écart entre les actions et les promesses


A terme, l’objectif de Education4Climate est double : d’une part permettre aux cours donnés en Masters de se transformer et, d’autre part, former les élus, les hauts fonctionnaires et les décideurs.

Le projet devra également combler un écueil : ne pas réduire l’enseignement supérieur aux seules universités et intégrer les hautes écoles dans la dynamique. Les chercheurs y travaillent : "Les programmes des hautes écoles belges seront aussi consultables sur notre site en janvier 2022", conclut François Collard.

L’enseignement supérieur n’est pas le seul enjeu de l’éducation au climat et à l’environnement mais il est important quand on sait que 400.000 jeunes suivent actuellement des études supérieures.

Sur le même sujet

COP26 : quels sont les points-clefs du "Pacte climatique de Glasgow" ?

Climat

Le Brussels Cruise Terminal à l’arrêt : la faute au coronavirus ou grand travail inutile ?

Regions

Articles recommandés pour vous